Wuhan, dans la province chinoise du Hubei, est en quarantaine depuis jeudi. Le quotidien arabophone El Khabar a réussi à recueillir des témoignages de certains étudiants algériens installés dans cette ville, qui est la source de l'épidémie du coronavirus.

Une ville entière mise sous cloche. Depuis jeudi 23 janvier à 10 heures, plus aucun train ni avion ne peut entrer ou quitter Wuhan, métropole de 11 millions d'habitants. Présents sur place, des étudiants à l'université de Wuhan ont indiqué que 36 ressortissants algériens, dont des femmes enceintes et des familles sont bloqués dans cette ville épicentre du coronavirus.

« Malgré la panique qui s’est emparée de la ville, les ressortissants algériens ont pu garder le calme et se communiquent en permanence entre eux et avec les services de l’ambassade d'Algérie en Chine », témoigne un étudiant algérien ajoutant que « le quotidien devient de plus en plus difficile après l’annonce des autorités chinoises la mise en quarantaine de la ville. Toutes les boutiques ont fermé à l’exception des grands magasins qui assurent le minimum ».

« Personne ne peut quitter la ville, quelle que soit la raison, notamment avec la suspension de tous les moyens de transport, aérien et terrestre, et l'approbation des autorités chinoises pour les mettre sous contrôle jusqu'à ce que le virus soit maîtrisé », explique un autre étudiant qui assure « que tout le monde espère quitter la ville le plus tôt possible ».

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Des instructions pour rapatrier les Algériens bloqués en Chine

La présidence de la République a rendu public, mardi 28 janvier, un communiqué dans lequel il est précisé que Abdelmadjid Tebboune a ordonné le rapatriement des Algériens installés dans la ville chinoise de Wuhan, la région la plus touchée par l’épidémie du coronavirus. Le chef de l’Etat a ordonné aux structures de l’Etat concernées de lancer la procédure de rapatriement des ressortissants algériens installés dans cette ville de Chine. La présidence de la République n’a donné aucun détail sur l’opération de rapatriement. Ni le temps que cela prendrait.