L'Algérie compte relancer le gigantesque projet Desertec qui entend faire du désert algérien, une énorme ressource d'énergie solaire. Mohamed Arkab, ministre de l’Energie a annoncé la signature en avril prochain d’un mémorandum d’entente entre le Groupe Sonelgaz et l’initiative DII Desert Energy (Desertec), indique l’agence de presse officielle.

En marge de la Conférence nationale de la Fédération nationale des travailleurs des industries électriques et gazières (FNTIEG) qui se tient actuellement à Alger, Mohamed Arkab a indiqué que le mémorandum d’entente qui sera signé entre le Groupe public Sonelgaz et le groupe DII Desert Energy (Desertec), englobera les domaines techniques et de formation. Il a précisé que la priorité sera accordée aux énergies renouvelables à travers l’élaboration d’un programme pour la production de 15.000 mégawatts d’électricité à l’horizon 2030.

Le ministre de l’Energie a réaffirmé la volonté de l’Algérie d’intégrer de nouveau, l’initiative du consortium international DII Desert Energie afin de renforcer les capacités de production d’énergie d’origine renouvelables et mieux les intégrer dans le système électrique algérien.

Les détracteurs et les lobbys anti-Desertec bloquent le projet

Pour rappel, en 2011, Sonelgaz et le groupe DII Desert Energy (Desertec) avaient signé un accord de coopération et une étude de faisabilité a même été menée portant sur ce projet de référence. Mais quelques années plus tard, les autorités algériennes ont renoncé à participer au projet Desertec, auquel le groupe Cevital de Issad Rebrab était associé.

A l’origine, le méga-projet Desertec était lancé pour l’exploitation du potentiel énergétique des déserts de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (MENA) afin d’exporter de l’électricité verte vers l’Europe. Cependant, les détracteurs du projet et les lobbys anti-Desertec, notamment la France ont fini par avoir raison de l’engagement de l’Algérie pour la réalisation de ce projet ambitieux. Contrairement à ses voisins, le Maroc et la Tunisie qui ont commencé à se lancer dans la réalisation de centrales solaires.