Un ressortissant algérien âgé de 32 ans, originaire de la ville de Chlef a été enlevé par le groupe salafiste Sheikh Bouadjila dirigé par Abd al-Salam Bahim, affilié aux forces armées du Maréchal Khalifa Haftar, a annoncé ce vendredi 14 février,  la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme. 

Selon le communiqué de la LADDH,  « le citoyen algérien (A.A.M) né le 6 octobre 1988 à Chettia dans la wilaya de Chlef, titulaire du passeport numéro 157017240 délivré par les autorités consulaires de Tripoli le 10 novembre 2015, a été enlevé le 25 janvier 2020 ». Il aurait été enlevé dans la province d’Ajilat par la milice dirigée par le dénommé Abd al-Salam Bahim qui opère sous les ordres du maréchal Khalifa Haftar. « Ce groupe (le groupe salafiste Sheikh Bouadjila NDLR) qui appartient à l'armée de Haftar et est considéré comme un organisme régulier puisque la région d'Ajilat est sous l’autorité de Haftar », précise le communiqué.

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme lance un appel à l’Algérie afin d’intervenir « immédiatement et sans tarder» pour libérer le jeune algérien. Elle appelle également, « l'État algérien à ouvrir les canaux de communication directe avec la communauté algérienne résidant dans les zones de conflit en Libye ».

À lire aussi :  Paris : Une Américaine violée par un SDF algérien

Pour rappel, depuis 2011, la Libye connait une lutte pour le pouvoir et la légitimité, centrée actuellement entre le gouvernement d'entente à Tripoli (ouest) et les forces de Haftar basées à l'est du pays. Des défenseurs des droits humains, des avocats, des journalistes et des ressortissants étrangers sont régulièrement la cible d’enlèvements, d’assassinats et de menaces de la part des milices pro Haftar.