L’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou vit ces dernières années une situation de marasme généralisé. Les conditions de vie des étudiants se dégradent de plus en plus. Le cadre pédagogique n’est plus adéquat pour des cursus universitaires dignes de ce nom. L’université de Tizi Ouzou se retrouve victime de sa mauvaise gestion. Elle est devenue le nid de tous les fléaux sociaux.

Cette situation a poussé les étudiants à lancer un cri d’alerte pour sauver l’institution qui était par le passé le bastion des luttes démocratiques et syndicales et aujourd'hui une université à la traîne dans tous les domaines.

Présentation de l’enquête

Nous avons mené notre enquête auprès de la communauté universitaire -étudiants, syndicalistes enseignants et responsables- pour éclairer l’opinion publique sur cette situation. Nous avons constaté, pendant nos entretiens, qu’une chape de plomb s’est installée sur certains sujets, de même que la peur chez nos interlocuteurs de témoigner en dévoilant leur identité.

Dans cette même enquête, nous allons aussi parler des problèmes de l’université ainsi que des fléaux sociaux qui la gangrènent dans plusieurs chapitres, à savoir les retards pédagogiques accumulés par les étudiants qui n’ont pas encore entamé l’année universitaire 2019/2020, la situation sécuritaire de l’institution, devenue un espace propice pour les violences de tous genres, et le rôle des agents de sécurité qui se comportent parfois en véritables inquisiteurs. Nous allons aussi dévoiler à cette occasion les méthodes de leur recrutement.

L'on traitera également des fléaux sociaux, tels que la drogue et les stupéfiants qui se vendent à l’université par des délinquants connus, sans que des mesures ne soient prises à leur encontre.

Le sujet de la prostitution au sein de l’université de Tizi Ouzou et ses ramifications dans les cités universitaires sera abordé avec les témoignages de victimes de proxénètes, qui ne lésinent pas sur les moyens pour détourner de jeunes étudiantes et les exploiter sexuellement .

Tous ces sujets seront abordés de façon plus détaillée dans nos prochaines éditions.

Lire aussi : Kabylie : Une enseignante violemment agressée à l’université de Tizi Ouzou