Air Algérie fait-elle dans la discrimination à l'égard des voyageurs du Sud de l'Algérie ? Les observateurs sont tentés de le croire, vu l'arrêt total des vols de la compagnie vers les aéroports du Sud, en raison de la grève du personnel navigant commercial (PNC), depuis la matinée de lundi 17 février.

La direction de la compagnie aérienne algérienne donne l'impression que tous ses efforts sont orientés vers la réussite des vols internationaux. Le débrayage du personnel navigant a fortement perturbé la programmation des vols chez Air Algérie. La direction a du saisir la justice pour arrêter l'action initiée par le SNPNCA.

Selon un conseiller du PDG de la compagnie, l'action des hôtesses et des stewards a fait annuler 40% des vols, durant la première journée. Il est clair que c'est un coup dur pour le transporteur national. Pour cela, la direction devait agir rapidement pour amortir au maximum les pertes pour la compagnie.

La méthode radicale d'Air Algérie

Mais visiblement, la direction d'Air Algérie a choisi la méthode radicale qui met sur la touche les voyageurs venant de et allant vers le Sud de l'Algérie. En effet, la compagnie aérienne a tout simplement décidé d'annuler tous les vols desservant les aéroports du Sud depuis le début du débrayage. Cela, pour sauver le maximum de vols internationaux.

Il s'agit en fait de réorienter le personnel non-gréviste vers les vols les plus rentables, particulièrement internationaux. Les vols vers les aéroports de France sont les plus rentables pour une compagnie comme Air Algérie qui applique des tarifs surréalistes. Donc, il est question de mobiliser le personnel disponible pour les vols vers l'Hexagone. Même si pour cela, il faudra sacrifier les vols intérieurs, particulièrement ceux desservant le Sud de l'Algérie. Ce que les habitants de cette partie de l'Algérie considèrent comme inacceptable.

D'ailleurs, ce n'est pas par hasard que la chape de plomb tombe sur des aéroports comme ceux de Tindouf, Timimoun, Illizi et Adrar. Ce choix a assommé de nombreux projets conditionnés par des déplacements des et vers les régions du Sud du pays. Des projets personnels de nombreux Algériens mais aussi des projets commerciaux et économiques.