Des homosexuels algériens prévoient de faire leur coming-out aujourd'hui à l'occasion du premier anniversaire du Hirak (Mouvement contestataire en Algérie). C'est ce qu'affirme le journal français Libération, citant des activistes LGBT algériens.  

Selon ledit média, des militants homosexuels vont défiler avec leur drapeau arc-en-ciel, leur logo et leurs banderoles devant les autres manifestants. Ils s'attendent à un défilé houleux mais comptent faire valoir leurs droits constitutionnels, rajoute Libération.

« Ce n'est pas aussi simple que ça »

Selon une source d'ObservAlgérie proche de la communauté LGBT, « des activistes ont, effectivement, exprimé leur volonté d'organiser une action en profitant de la conjoncture actuelle en Algérie ». Cependant, la même source reste sceptique sur leur capacité de passer à l'action, vu la « sensibilité de la question dans la société algérienne ».

D'autres sources contactées par notre rédaction parlent d'un « fantasme émanant des Français qui s'expriment une nouvelle fois, en faisant fonctionner l’Algérie avec un logiciel français ». Celles-ci privilégient la thèse d'un article qui cherche le buzz : « Même les activistes les plus engagés dans la lutte pour les droits des homosexuels en Algérie ne s’aventureront pas à faire un coming-out au milieu de la foule à Alger. Vous imaginez la réaction des foules à une telle action ? », souligne une journaliste algéroise.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Une manipulation pour casser le Hirak ?

Nous avons également contacté un activiste de l'association Rassemblement action jeunesse (RAJ), citée avec le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) par l'article en question, et qui serait, selon un présumé activiste homosexuel, une association « censée défendre la communauté LGBT ».

Notre interlocuteur va jusqu'à soupçonner une manipulation de l'opinion publique visant le Hirak et son association RAJ : « Je ne suis pas contre les droits des homosexuels en Algérie mais le timing de cet article n'est pas innocent, surtout si l'on sait que c'est exactement le discours des trolls sur les réseaux sociaux, qui tentent de discréditer le mouvement et notre association », a-t-il soutenu.