Décidément, les tremblements de terre sont de plus en plus fréquents au Nord de l'Algérie. Quelques jours à peine après une secousse tellurique de magnitude 3.6 degrés sur l'échelle ouverte de Richter, la région balnéaire de Jijel a enregistré, ce vendredi 21 février, un nouveau séisme, plus puissant que le précédent.

Selon le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG), la nouvelle secousse a eu lieu à 2h55 ce vendredi matin. Et l'épicentre a été localisé à quatre kilomètres au Nord-est de la localité côtière d'El Aouana, dans la wilaya de Jijel. C'est à moins de 40 kilomètres à l'Est de la wilaya limitrophe de Bejaïa, en Kabylie.

Aussi, selon la même source, le tremblement de terre enregistré avait une magnitude de 4.3 degrés sur l'échelle ouverte de Richter. A noter enfin que la secousse en question n'a fait aucun dégât matériel, ni humain. Même si elle a été ressentie à des dizaines de kilomètres à la ronde.

Pour rappel, la même localité a enregistré, mercredi 19 février, un autre séisme de magnitude 3.6 sur l'échelle ouverte de Richter. Un tremblement de terre plus fort, 4.9 degrés, a également frappé cette région le 24 janvier dernier, selon les précisions du CRAAG, qui a signalé de nombreux autres secousses, notamment en Kabylie. Comme le 15 janvier qui a vu deux séismes successifs frapper la localité côtière de Dellys, en Kabylie. Avec cinq minutes d'écart, les deux secousses étaient de magnitude 3.1 et 3.2 degrés, et n'ont fait aucun dégât.

À lire aussi :  Restriction des visas : le sentiment anti-français des Nord-Africains s'accentue

Lire aussi : Kabylie : Le CRAAG signale deux tremblements de terre