La première femme imame d’origine algérienne, Kahina Bahloul, suscite une vive polémique en France. Elle a donné, ce vendredi 21 février, son premier prêche de vendredi dans une mosquée mixte à Paris devant 22 fidèles (10 femmes et 12 hommes), rapporte le quotidien français Le Monde.

La théologienne franco-algérienne, âgée de 40 ans, est la première imame de France. Porteuse d'une vision plus moderniste de l'islam, elle souhaite créer une mosquée libérale à Paris. Seulement, son projet de mosquée inclusive (mixte) soulève l’indignation des musulmans rigoristes en France. D'ailleurs, pour la première manifestation publique de son projet baptisé « Fatma », Kahina Bahloul et ses amis ont choisi de tenir secret le lieu de son déroulement pour des raisons de sécurité. Dans une réponse aux détracteurs du projet auquel il collabore activement, Faker Korchane n'a pas manqué de rappeler que la mixité, interdite dans presque toutes les mosquées, est pourtant pratiquée à La Mecque, lieux saints de l'islam.

La femme imame, elle, estime que rien dans les textes de la religion musulmane n'interdit l'imamat des femmes. « Il y a une lecture patriarcale, misogyne des textes, qui s'est perpétuée à travers les siècles. Ce sont toujours des hommes qui se sont appropriés la légitimité de pouvoir lire et interpréter les textes et de dire la norme religieuse », soutient-elle.

À lire aussi :  Le Québec lance les inscriptions pour le recrutement des infirmiers algériens

Kahina Bahloul aurait reçu plusieurs menaces de mort

Dans un entretien accordé l'été dernier au quotidien français 20 minutes, Kahina Bahloul avait déclaré qu'« en voulant créer un courant libéral qui ne rentre pas dans le discours orthodoxe, nous ne sommes pas du tout soutenus par le CFCM (Conseil français du culte musulman), ni par l’islam consulaire. Pour les courants traditionnels musulmans, nous représentons une menace ». Depuis l’annonce de son projet réformiste, l’imame d’origine algérienne a été vivement critiquée et insultée avec virulence pour ses convictions religieuses. Elle aurait même « reçu plusieurs menaces de mort ».

Kahina Bahlou est née à Paris d'un père algérien kabyle et d'une mère française. Sa grand-mère maternelle était juive polonaise tandis que son grand-père maternel était catholique français. Elle a grandi en Algérie, près de Béjaïa, où elle fait des études de droit. En 2003, elle retourne en France où elle décochera un doctorat en islamologie.