Le ministre de l’Energie Mohamed Arkab a indiqué ce mercredi 26 février que les exportations de gaz vers l’Europe ont baissé de 22% en 2019. Il s'exprimait lors de l’émission « L’Invité de la Rédaction » de la Chaîne III de la radio nationale.

En effet, Arkab estime que cette baisse est due au changement de climat en Europe, il déclare : « Nous avons réduit nos ventes vers l’Europe par ce temps clément qui a sévi en Europe durant l’hiver 2019 », ajoutant qu'il y a un réel risque que cela se passe ainsi cette année aussi.

Le ministre de l'Energie insiste, donc, sur la nécessité de changer de stratégie. « Les conditions climatiques changent donc nous aussi nous devons changer et penser à cette transition énergétique et la transformation des hydrocarbures vers l’industrie et c’est cela qui va nous permettre de garder ce niveau d’exportation », a-t-il précisé.  Notons que le ministre a justifié la baisse des recettes des hydrocarbures, qui étaient selon lui de 33,2 milliards de dollars par la diminution du prix du baril de pétrole qui « est passé de 71 à 64 dollars en moyenne ».

Arkab a tenu à rassurer que cette instabilité juridique dans le secteur des hydrocarbures est résolue. « Nous avons mis fin à l’instabilité juridique. Avec la nouvelle loi sur les hydrocarbures, nous sommes dans les standards internationaux, dont le régime fiscal stable », a-t-il déclaré.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Or, le site spécialisé dans les hydrocarbures Interfaxenergy a souligné, auparavant, que les exportations de gaz de l’Algérie à l’Europe ont connu une baisse d’environ 35% en 2019. L'étude en question a révélé que « l’Algérie rencontre des problèmes pour renégocier ses contrats de GNL à long terme indexés sur le pétrole. Sept de ces contrats devraient tous expirer d’ici la fin de 2024 ». Ainsi, ce problème est destiné à durer dans le temps, selon les experts.