Le ministère algérien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique vient d'instruire les recteurs des différentes universités du pays de mettre en ligne les cours et leçons sur les sites électroniques de leurs établissements respectifs. Cette mesure sera effective à partir du 15 mars prochain.

Le département de Chems Eddine Chitour prend ainsi les devants pour parer à toute éventualité devant la propagation du coronavirus. Cette mesure, prise à titre préventif, a été communiquée samedi 29 février aux responsables des universités algériennes, les instruisant de publier les cours et les leçons sur les sites Web des différents départements et facultés, pour permettre aux étudiants de les consulter au cas où l'université venait à fermer ses portes. « Les chefs de département et les présidents des conseils scientifiques sont appelés à sensibiliser et à convaincre leurs collègues enseignants et les étudiants à s'adapter à cette démarche », note le ministère de l'Enseignement supérieur dans sa missive.

Cette mesure reste préventive, rappelle encore le même ministère. Elle permettra la continuité de la mission de l’université dans le cas où cette dernière serait appelée à fermer à cause du coronavirus chinois, qui s’étend, il est vrai, de façon inquiétante à travers le monde. « La situation que traverse le monde suite à une probable pandémie nous amène à introduire une initiative pédagogique qui intègre des mesures de précaution en vue d'assurer la continuité de l'enseignement », peut-on encore lire dans ladite missive.

Le CNES dénonce

Par ailleurs, cette mesure n'est pas du goût du Conseil national des enseignants du supérieur. Le coordinateur du CNES, Abdelatif Milat estime que cette instruction pourra semer la panique chez les étudiants et dans le milieu universitaire. Ce dernier ne voit pas l’utilité d'une telle instruction « dans la mesure où l'Algérie ne compte jusque-là aucun cas contaminé, en dehors de l'Italien rapatrié ». « Même les pays sérieusement touchés par cette épidémie, argue-t-il, n'ont pas opté pour une telle mesure ».