Une vidéo circule sur les réseaux sociaux depuis l'après-midi de ce jeudi 5 mars et donne une idée sur le quotidien des patients confirmés positifs au coronavirus. Mis en isolement à l'hôpital de Boufarik, dans la wilaya de Blida, les malades ne supportent plus les conditions de leur emprisonnement".

En effet, la patiente qui filme l'intérieur de la pièce dans laquelle elle est confinée semble frustrée par les conditions d'isolement. Les images qu'elle diffuse montrent quelques pièces qui ressemblent à peine à des salles d'un hôpital. A travers sa voix, elle montre son amertume.

« Voilà nous sommes les malades du coronavirus. Regardez comment nous sommes confinées. Il n'y a même pas la lumière du jour » dit la malade en orientant sa caméra vers les petites fenêtres très élevées qui n'ont pas de vitres susceptibles de laisser entrer la lumière. La dame qualifie la pièce de cellule et considèrent les malades comme des prisonniers. « Nous sommes dans une cellule en fait, celle des prisonniers », ajoute-t-elle.

Les conditions d'hygiène inexistantes, chez les malades du coronavirus en isolement

Elle filmera ensuite les sanitaires qui ne répondent à aucune norme d'hygiène. Les malades n'ont que le lavabo et le siège des toilettes à leur disposition. La fenêtre y est très petite aussi, et tout est blindé, s'insurge-t-elle. Les patientes y ont deux seaux de peinture qu'elles utilisent pour l'eau. Même les portes intérieures sont métalliques et sont blindées. La porte extérieure est digne d'une prison puisqu'elle ne compte qu'une petite fenêtre avec des barreaux. « On nous rend malades ici, on nous rend malades » martèle la dame.

Il y a même une salle vide dans laquelle on peut trouver des cartons. C'est dire que les conditions d'hygiène sont loin d'être réunies dans le service d'isolement des malades du coronavirus. « Moi, je dénonce tout ça parce que nous allons devenir folles. Nous n'allons pas nous en sortir comme ça. Et ils ne veulent pas nous changer de chambre » assène-t-elle en effet.

Lire aussi : Le Coronavirus continue sa propagation, deux cas enregistrés à l’Ouest de l’Algérie