Le Président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Mohamed Sami Agli, a affirmé que le chiffre des capitaux qui circulent dans le marché noir dépasse largement celui annoncé par les organismes officiels. En effet, Mohamed Sami Agli parle d'un chiffre de 80 milliards, dans une interview donnée au quotidien El Watan, ce lundi 9 mars.

Le Président du Forum des chefs d’entreprise (FCE) préconise de mettre en place une nouvelle stratégie pour récupérer l’argent de l’informel. « Nous devons mettre énormément de confiance pour capter cet informel. On parle de 50% de notre PIB », a-t-il informé. Mohamed Sami Agli révèle que les chiffres annoncés sont en deçà de la réalité. «On a annoncé des chiffres, mais pour nous, c’est beaucoup plus important. On parlait de 30 à 50 milliards, mais je pense qu’on peut arriver à 80 milliards de dollars », estime-t-il.

Le président du FCE constate que « tout est dans l’informel. Notre vie au quotidien tourne autour de l’informel. Mais pour mettre cet informel dans le circuit formel, nous allons faire des propositions concrètes ». Il s’interroge : « On a parlé de beaucoup de confiance. Comment rendre bancable cette masse monétaire qui est présente physiquement dans notre marché ? »

À ce propos, Mohamed Sami Agli est catégorique. Il déclare qu'« il ne faut pas se poser de questions quand celle-ci ne vient pas d’activités criminelles. Il faut que ces acteurs économiques, qui mettent leur argent sous le matelas, puissent le mettre dans des banques ». Le Président du FCE préconise de « s’inspirer des meilleurs benchmarks », assurant qu'« essayer de taxer cet argent est une grosse erreur. Ce sont des gens (intervenants de l'informel, ndlr) qui vivent dans l’informel, le but c’est de les rendre formels pour leur donner la confiance ».

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Lire aussi : Algérie : Abdelmadjid Tebboune s’exprime sur le marché noir de la devise