Le wali de Mostaganem Abdessamie Saïdoun a enfin réagi à la polémique qu'il a créée après son attitude méprisante à l'égard d'une citoyenne et d'un employé. Il a tenu à présenter ses excuses aux deux personnes concernées, dans une déclaration sur les ondes de la radio locale.

« Mon intention n’était pas de porter atteinte à la dignité du fonctionnaire ou de la dame. Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai toujours respecté mes collaborateurs et les citoyens », a affirmé le wali de Mostaganem, en réponse à une question du journaliste.

Il présentera donc officiellement et publiquement des excuses, suite à cet écart de langage. « Ni mes principes, ni mon parcours professionnel me me permettent d’humilier les citoyens, donc je présente officiellement mes excuses », a-t-il précisé.

L'attitude du wali de Mostaganem a fait réagir les Algériens et le ministère de l'intérieur

Pour rappel, lors d'une sortie dans la localité de Sirat, jeudi 5 mars, le wali de Mostaganem a créé une forte polémique en se montrant méprisant à l'égard de citoyens qui lui exposaient leurs problèmes. "Debri Rassek" (Débrouille-toi) avait-il lancé face à une femme qui exprimait sa peur d'être expulsé d'un logement. C'était un peu osé pour un wali nouvellement installé, soit depuis le 20 janvier 2020.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Il faut rappeler aussi que ses propos ont fait réagir les internautes algériens qui ont usé de termes durs pour qualifier cet ex-wali de Constantine et ses propos. "Il doit apprendre qu’il n’est qu’un responsable à la disposition du citoyen et non un pharaon. Qu’ils partent tous" a dénoncé un citoyen sur les réseaux sociaux. D'autres ont dénoncé la "hogra" d'un responsable, et des propos "absolument inadmissibles et intolérables.

Enfin, le dérapage du wali de Mostaganem a fait réagir le ministère de l'intérieur qui a dit "rejeter" ce genre de comportement qui "touche à la dignité du citoyen". "Le droit d’exprimer ses préoccupations reste garanti pour les citoyennes et citoyens dans le cadre des contacts permanents" a estimé le département de Kamel Beldjoud.

Lire aussi : Algérie : Le gouvernement réagit au dérapage du wali de Mostaganem