Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) a affirmé, dans la soirée de mardi 10 mars, sur sa page Facebook officielle, que le Procureur de la République près le tribunal de Dar El Beïda a décidé de faire appel contre le verdict prononcé dans l'affaire de l'activiste et journaliste Fodil Boumala.

Fodil Boumala, accusé d'atteinte à l'unité nationale, a été acquitté le 1er mars par le tribunal de Dar El Beïda, à Alger. Auparavant, le procureur de la République près du même tribunal avait requis à l'encontre du journaliste une peine d'une année de prison ferme et une amende de 100 000 DA.

A noter que le tribunal de Sidi M'hamed à Alger a condamné, mardi 10 mars, l'ex-policier, Toufik Hassani, à six mois de prison ferme dont trois avec sursis, a rapporté le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) sur sa page facebook officielle. De son côté, acquitté le lundi 3 février, par le tribunal de Bir Mourad Raïs à Alger, l'activiste Samir Benlarbi a été arrêté une nouvelle fois par la police et mis sous mandat de dépôt.

Par ailleurs, le journaliste Khaled Drareni, arrêté avec d'autres activistes samedi 7 mars à Alger, a été mis sous contrôle judiciaire à l'issue d'une longue garde-à-vue au commissariat de Cavaignac, à Alger. C'est le même procureur qui a mis, le même jour, les activistes Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche en détention provisoire, après leur arrestation le même jour que le journaliste.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Pour rappel, l'avocat Noureddine Benissad a fait savoir que son client Khaled Drareni était poursuivi pour "attroupement et incitation à un attroupement", expliquant que les faits qu'ils lui sont reprochés sont "injustifiés". Le journaliste a affirmé qu'il ne faisait que son métier. Son arrestation a fait réagir les organisations Reports sans frontières (RSF) et la Fédération internationale des journalistes (FIJ) qui ont exigé la libération immédiate du journaliste ainsi que l'arrêt du harcèlement que subissent les journalistes algériens.