Des dizaines de femmes sans-papiers ont organisé, mercredi 11 mars, un rassemblement devant la préfecture de Bobigny. Par cette action de protestation, elles ont dénoncé les difficulté à accéder au titre de séjour en France. En effet, il leur est quasiment impossible de prendre rendez-vous avec la préfecture, rapporte Le Parisien.

Les rendez-vous pour déposer un dossier de demande de titre de séjour sont devenus un calvaire pour les immigrés, notamment les ressortissants algériens. Il est, en effet devenu très difficile, voire impossible de trouver un créneau disponible en ligne.

« On m'a dit d'essayer à minuit ou à 4 heures du matin. Mais ça n'a pas marché », déplore une Algérienne ayant pris part au rassemblement. Arrivée d'Algérie en 2016, elle a confié au média français qu'elle voulait demander une réintégration car ses parents étaient Français. « Mais je n'arrive même pas à décrocher un rendez-vous pour obtenir un titre de séjour… », se désole-t-elle.

Ces derniers temps, se faire examiner sa demande de titre de séjour quand on est en situation irrégulière relèverait presque du miracle. Depuis des mois, la plupart des demandes n'aboutissent plus. Face à cette situation, un marché noir s'est mis en place. Des rendez-vous sont ainsi proposés sur internet. Mais il faut bien entendu payer le prix fort pour les décrocher. D'après la même source, il faudra compter plusieurs centaines d'euros.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

« Ces papiers sont essentiels pour ces femmes ! »

Mobilisées, les femmes présentes étaient déterminées à faire entendre leur ras-le-bol. Présente avec elles, Élodie, bénévole au sein de l'association Femmes solidaires 93, a exprimé son indignation. « Ces papiers pour ces femmes sont essentiels. Sans ça elles n'ont pas accès à la justice, à la santé, au logement. Elles sont déjà vulnérables, victimes de violences, et là on fait tout pour les laisser dans l'impasse », regrette-elle. Il faut noter que la préfecture de Seine-Saint-Denis n'a pas voulu répondre aux sollicitations du média français.

Lire également : Visa d’études en France : le calvaire d’une étudiante algérienne