Le marché noir de la devise connaît une situation inédite. En effet, suite à la propagation du coronavirus, plusieurs marchés informels ont fermé ce mardi 17 mars, notamment celui du square port Saïd, à Alger. Cette situation à plombé les marchés et a causé l'effondrement des cours de l’euro

Ainsi, ce mardi 17 mars, ceux qui sont obligés de vendre leurs devises se retrouvent confrontés à la rareté des acquéreurs. Le taux de change a atteint un niveau très bas. Le dinar s’échangeait a 180 DA pour un euro dans les rares place où on continue encore à faire le change.

Cette conjoncture augure d’une chute plus importante de la devise européenne, voire l’arrêt des transactions, faute d’acheteurs et surtout de marchés. L’effet du coronavirus n’a pas encore atteint son apogée. Il va continuer à impacter l’économie, en général, et les cours des devises sur le marché noir, en particulier. Les places publiques se vident de plus en plus, les entreprises ferment l’une après l’autre... Quant au commerce extérieur, il est complètement paralysé.

Il faut s’attendre aussi à des mesures de confinement qui ne feront qu’aggraver la chute de la devise européenne, surtout que les vols en direction de l’Europe sont suspendus pour au moins un mois. Ainsi, ces derniers jours, on assiste à une entrée massive d'immigrés qui ont fuit la situation sanitaire désastreuse dans les pays du nord de la méditerranée. Ceux-ci vont achever le cours de l’euro en inondant le marché par les devises qu’ils ont fait entrer.

Cours du dinar sur le marché officiel

Le marché officiel est resté relativement stable pour l’instant, malgré la pandémie. En effet, selon les chiffres de la Banque d’Algérie, l’euro s’échangeait dimanche à 134 DA. Ce taux de change, qui est resté constant depuis une année, risque de chuter encore avec la crise économique que traverse l’Algérie.

En savoir plus : Algérie Bourse – Devises et taux de change du dinar algérien