Le directeur de l’aéroport international de Annaba n'a pas remis à ses employés les fournitures médicales nécessaires pour faire face aux dangers encourus par la pandémie de Covid-19, rapporte le quotidien arabophone El Khabar. A l'heure où la prévention et la précaution sont fortement recommandées, notamment dans les aéroports, les produits de protection contre le coronavirus destinés aux personnels de l’aéroport de Annaba sont aux abonnés absents. 

Pourtant, l’aéroport a connu l’arrivée de centaines de passagers algériens et étrangers en provenance d'Europe avant la suspension des vols. Face au danger de contamination, les travailleurs de cette infrastructure aéroportuaire affirment que leur directeur n’a voulu prendre aucune mesure de sécurité contre le coronavirus. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, ce responsable aurait soutenu que le personnel qu'il gère n'est pas concerné par les mesures préventives préconisées par tous les spécialistes et les autorités du pays.

Inquiets des risques sanitaires auxquels ils sont exposés, les employés se sont déplacés à la direction générale de la « East Airports Operating Corporation » de Constantine, afin de réclamer qu’une enquête soit ouverte sur les zones d’ombres entourant cette affaire. Selon certains échos, le directeur de l’aéroport international de Annaba aurait détourné les consommables médicaux mobilisés au profit desdits travailleurs.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Les consommables médicaux détournés ?

Un acte que le personnel de l’aéroport n'a pas manqué de dénoncer, demandant l’intervention immédiate du directeur général, afin d’apporter l’aide nécessaire aux dizaines d’employés de l’aéroport international de Annaba.

En attendant une probable intervention du responsable sollicité, la panique s’installe parmi les employés de l’organisation de la gestion de l’aéroport, qui appréhendent une contamination par le virus. Une crainte d'autant plus légitime que l’administration refuse toujours de leur fournir une protection sanitaire pour faire face à ce fléau.

Pour s’en préserver, la majorité du personnel a dû s’enfermer dans ses bureaux en évitant les va-et-vient inutiles. Une mesure de quarantaine improvisée dans l'attente du matériel médical nécessaire pour se prémunir du risque de contagion. Les travailleurs suggèrent aussi une mise en congé le temps que la pandémie soit endiguée en Algérie.

Voir aussi : Coronavirus : Scènes de chaos dans les aéroports algériens