La prise de conscience vis-à-vis du coronavirus chez la population en Algérie n'est nullement un vain mot. En effet, les citoyens des différents villes et villages prennent très au sérieux cette maladie qui, il est vrai, fait des siennes à travers le monde. 

Il faut dire qu'à l’apparition de cette épidémie, et même après l'enregistrement des tout premiers cas en Algérie, ces mêmes citoyens ne bronchaient pas, pour ainsi dire, et ne donnaient pas une grande importance au Covid-19. La preuve en est que, vendredi dernier, au moment où plusieurs pays se sont mis en confinement, en Algérie, des marches et des manifestations ont été organisées dans le cadre du mouvement Hirak.

Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Les jeunes et moins jeunes semblent prendre conscience de la gravité de la situation. Les consignes données par les responsables concernés sont ainsi respectées à la lettre. On ne voit que rarement, à titre d'exemple, des gens qui se serrent la main ou se donnent des accolades. Les tubes du gel désinfectant sont devenus comme des téléphones portables que chacun porte avec lui.

Ne se contentant pas de ces mesures de prévention, les citoyens se sont impliqués et initient des opérations de désinfection à travers les villes et villages. A Alger, à Blida, en Kabylie et ailleurs, les actions de nettoyage sont devenues monnaie courante, à l'initiative des autorités locales, mais aussi de la population.

À lire aussi :  France : Voici les meilleures villes étudiantes 2022

La solidarité a ainsi pris forme pour combattre cette épidémie. Celle qui a fait plonger le pays dans une ambiance morose, morne et triste. "Ça rappelle les journées, surtout les matinées du mois de Ramadhan", ironise t-on. Le ciel gris et le climat mélancolique qui règne ces derniers jours, notamment sur les régions du nord du pays, s'est mêlé pour imprimer un air angoissant. L'animation dans les localités a baissé de façon considérable, donnant l'impression d'être désertées. La vie est au ralenti. Point d'encombrement d'ailleurs sur les routes. Les transporteurs de voyageurs sont de ce fait de grands perdants, eux qui circulent pratiquement à vide ces derniers temps.

Comme lors du mois de carême, les magasins d'alimentation générale et des fruits et légumes sont pris d'assaut à longueur de journées. Il faut dire toutefois, qu'en Algérie, la population n'a pas cédé à la panique devant l'avancée inquiétante du coronavirus.

Lire aussi : Coronavirus : L’Algérie enregistre son 5e décès