Le gouvernement algérien rassure ses citoyens. Dans une intervention à la télévision publique (ENTV), le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab, a assuré que le projet de loi de finances complémentaire (PLFC) 2020 ne prévoit aucune hausse des prix du carburant et de l’électricité. Une nouvelle qui réjouirait les Algériens, dont le pouvoir d'achat s'est davantage érodé depuis plusieurs mois.

Alors que l'Algérie vit une crise financière sans précédent, le gouvernement algérien a tenu à rassurer ses citoyens. « Aucune augmentation des prix du carburant et de l’électricité n’est prévue dans le projet de loi de finances complémentaire (PLFC) 2020 », a indiqué M. Arkab. Ce dernier précise, toutefois, que le gouvernement de Abdelaziz Djerad se penchera sur «de nouvelles mesures visant à réduire le gaspillage dans la consommation d'énergie». Cela se fera par la consécration d'un "nouveau modèle de consommation énergétique", a-t-il indiqué.

Afin d’illustrer ses propos, le ministre a donné quelques chiffres. Il a notamment cité les 15 millions de tonnes de carburants consommés annuellement par les Algériens. Un chiffre « irrationnel » selon lui. M. Arkab a également révélé que la consommation de l’électricité avait atteint son pic à l’été 2019 avec 15 600 mégawatts, soit une hausse de 14% par rapport à la même période en 2018.

L'Algérie doit mettre fin au gaspillage d'énergie

Par ailleurs, le ministre a mis l'accent sur la nécessité de mettre fin au gaspillage des énergies en Algérie. À ce sujet, il a fait part des instructions reçues par le président de la République pour la mise en place d’une politique d’efficacité énergétique stricte. Celle-ci permettra de "préserver en permanence les ressources énergétiques du pays, valoriser et renouveler les ressources d’hydrocarbures afin de reconstituer les réserves déjà consommées".

En outre, Mohamed Arkab a évoqué d'autres mesures. Il révèle que le président Tebboune avait donné des instructions pour l’utilisation « immédiate » de l’énergie solaire dans l’éclairage public à travers le territoire national, ainsi que la conversion au « Sirghaz » des véhicules du secteur public.

Il faut rappeler que le gouvernement algérien avait décidé d'un projet de loi de finances complémentaire (PLFC) 2020. Celle-ci aura pour but de corriger et de modifier certaines dispositions de la loi de finances (LF) initiale 2020.

Lire également : Augmentation des prix de plusieurs produits pour renflouer les caisses de la CNR