La propagation alarmante du coronavirus a amené de nombreux gouvernements du monde à instaurer des mesures préventives dans le but d'éviter la catastrophe sanitaire. L'Algérie n'échappe pas à cette règle.

En effet, dès l'apparition des premiers cas testés positifs au coronavirus, plusieurs mesures préventives ont été décidées par les autorités algériennes. Il était notamment question de l'isolement des cas suspects, de la suspension des vols de et vers l'étranger et, récemment, de la suspension de tous les transports urbains et inter-wilayas, publics et privés.

Seulement, ces dispositions interviennent tardivement, alertent de nombreux spécialistes de la santé, qui ont, d'ailleurs, tiré la sonnette d'alarme concernant le manque de moyens. Mais qu'en est-il des Algériens ? Respectent-ils vraiment les mesures préventives ? Et que font-ils pour éviter l'hécatombe ?

Sur les réseaux sociaux, de nombreux médecins et autres professionnels de la santé se sont portés volontaires pour expliquer à leurs concitoyens les différents gestes barrières à observer, afin d'éviter la contamination. Certains ne se font pas prier pour respecter les recommandations, mais d'autres, adeptes des théories de conspiration, remettent ouvertement en cause les informations liées à la crise sanitaire. C'est le cas de cet internaute qui s'est filmé en pleine fête de mariage, entendant qu'il ne reconnaît pas l'existence du coronavirus "jusqu'à ce que des preuves de ce que qu'avancent les médias lui soient apportées".

À lire aussi :  Le Maroc demande à Adidas de retirer le nouveau maillot de l'Équipe d'Algérie

Dans la wilaya de Annaba, les services de sécurité et les agents de la Protection civile ont interrompu une fête de mariage et ont embarqué tous les présents pour les mettre en isolement. N'était la vigilance des forces de l'ordre, la fête de mariage aurait été célébrée, et ce, en dépit de l'interdiction des rassemblements et de la fermeture des salles des fêtes.

D'autre part, des télécoranistes ont critiqué la décision du ministère des Affaires religieuses de fermer les mosquées et de suspendre toutes les prières collectives. En réponse, le ministère des Affaires religieuses a carrément interdit à tous les médias, particulièrement audiovisuels, la diffusion de toute contribution, intervention ou consultation en matière d'exégèse.

À Bejaïa, un comité anticoronavirus est né

Dans ce climat de panique, de louables actions émanent de la société civile. C'est le cas de cette initiative lancée dans la wilaya de Bejaïa. Un groupe de citoyens, composé de professionnels de la santé, d'avocats, d'universitaires, de retraités, etc. ont annoncé la création du comité "Stop COVID-19-Bejaïa" pour lutter contre la propagation du virus.

Chargés de sensibiliser " la population qui est livrée à elle-même", les initiateurs de ce comité ont lancé un appel à toute la corporation médicale, aux institutions chargées de cette crise et à toute la société civile pour "rejoindre cette dynamique citoyenne afin de réveiller les consciences et éviter le pire". Ce collectif considère que le système de santé algérien est "très mal équipé" pour faire face à la crise.

À lire aussi :  Obligation de quitter le territoire français : Ce qu'il faut savoir

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : Les mesures préventives ne sont pas respectées