Lors d'une réunion du gouvernement présidée par Abdelmadjid Djerad, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a présenté, mercredi dernier, un projet de décret exécutif portant les modalités de poursuite de l’activité après l’âge légal de la retraite pour les travailleurs qui le souhaitent.

C’est ce qui a été rapporté par un communiqué publié par le Premier ministère. En effet, le gouvernement prépare un texte en vue de permette au travailleur « d’opter volontairement pour la poursuite de son activité dans la limite de cinq années après l’âge légal de la retraite et durant lesquelles l’employeur ne peut le mettre d’office en position de retraite ».

Ce projet vise à « modifier et compléter l’article 2 de la loi n°16-15 du 31 décembre 2016 ». Il a « pour finalité d’assurer une application correcte du dispositif élaboré et définit par ailleurs les droits et obligations de chaque partie », rapporte la même source.

Il faut noter que selon l’article 10, « le travailleur peut opter volontairement pour la poursuite de son activité, dans la limite de 5 années, au cours desquelles l’employeur ne peut prononcer sa mise à la retraite ». Mais pour cela, il faut avoir l’âge de la retraite qui est de 60 ans au moins pour les hommes, et à partir de 55 ans pour les femmes. Il faut aussi avoir travaillé 15 ans tout au moins moins. Il y a lieu de tenir compte, en outre, des cotisations de travail.

À lire aussi :  Le Maroc demande à Adidas de retirer le nouveau maillot de l'Équipe d'Algérie

« Pour pouvoir bénéficier de la pension de retraite, le (la) travailleur (se) doit avoir accompli un travail effectif dont la durée doit être, au moins, égale à sept ans et demi et versé les cotisations de la sécurité sociale », explique le communiqué.

Lire aussi : Algérie : Près de deux millions de retraités menacés par la crise