La Gendarmerie nationale a saisi, samedi 21 mars, dans le cadre de la lutte contre la spéculation, 52 tonnes de produits alimentaires et plus de 57 000 produits pharmaceutiques en 24 heures, lit-on dans un communiqué rendu public par ce corps de sécurité. 

«Dans le cadre de la lutte contre la spéculation sur les produits de large consommation, les unités de la Gendarmerie nationale ont saisi, ces dernières 24 heure, 52 tonnes de produits alimentaires, dont de la semoule, de la farine et des pâtes, et 57 060 unités pharmaceutiques, soit 50 800 gants médicaux et 6 260 masques », indique la Gendarmerie.

Par ailleurs, dans la même journée, pas moins de 300 quintaux de farine et de semoule ont été saisis dans un entrepôt par la brigade d'intervention mixte des services de la direction du commerce à Médéa. Cette marchandise était destinée à être écoulée dans le marché parallèle, qui a connu une forte augmentation des prix.

Il faut dire que depuis que le gouvernement a décidé de prendre des mesures urgentes contre la propagation de la pandémie de coronavirus, plusieurs produits alimentaires de première nécessité ont vu leurs prix doubler, voire tripler. Cette flambée des prix est causée principalement par des spéculateurs qui font monter les prix des produites au-delà de leur valeur réelle, créant la panique parmi la population. A cela s'ajoute la ruée des citoyens vers les centres commerciaux, créant la pénurie de plusieurs produits de première nécessité.

A rappeler que le gouvernement a pris des mesures coercitives à l'encontre des spéculateurs. Les responsables du secteur ont menacé de poursuites judiciaires tout personne qui exploite cette situation de panique pour engranger illicitement des gains. Mais malgré les efforts consentis pour atténuer cette pratique en ces temps de pandémie, la spéculation continue d'enflammer le marché algérien.

Lire aussi : Coronavirus : Flambée des prix des fruits et légumes en Algérie