Le tribunal de Koléa, dans la wilaya de Tipaza, a condamné à deux ans de prison un individu ayant dissimulé 1 200 quintaux de farine, rapporte le journal El Khabar. Cette condamnation intervient quelques jours après que le gouvernement algérien a annoncé des poursuites judiciaires contre toute tentative de spéculation susceptible de porter atteinte à l’approvisionnement du marché national en produits alimentaires de base.

D'après la même source, le prévenu, répondant aux initiales de K. S., avait caché une grosse quantité de farine dans un entrepôt dans sa région natale, Koléa, dans la wilaya de Tipaza (environ 61 kms à l'Ouest d'Alger). Après son arrestation, l'accusé s'est présenté, lundi 23 mars, devant le tribunal de la même ville. Il est poursuivi pour «spéculation illégale» et «non-facturation», suite à la saisie d'une quantité de 1 200 quintaux de farine, représentant sur 500 sacs.

La même source indique que, conformément à l’article 11 du Code pénal algérien, le procureur a prononcé une peine de deux ans de prison ferme à l'encontre du prévenu. Ce dernier s'acquittera également d'une amende de 1,649 million dinars.

Le gouvernement algérien tient ses promesses

Il faut dire que les magasins de produits alimentaires ont connu ces derniers jours un afflux de clients. La propagation du coronavirus en Algérie et la peur de l'annonce d'un confinement ont poussé les Algériens à s’approvisionner en grandes quantités. Plusieurs grossistes et commerçants ont profité de cette situation, en dissimulant des denrées alimentaires afin d'élever leurs prix.

À lire aussi :  La harga devient un projet familial en Tunisie

Toutefois, lors de l'annonce des mesures prises par le gouvernement algérien, le président Abdelmadjid Tebboune avait ordonné "la régulation du marché pour lutter contre les pénuries en assurant la disponibilité de tous les produits alimentaires de première nécessité". À ce propos, il avait promis des sanctions à l'encontre des "spéculateurs et de prendre les mesures nécessaires à leur encontre, dont la mise sous scellés de leurs entrepôts et locaux et leur signalement à travers les médias avant de les déférer à la justice".

Lire également : Alger : Ouverture de plusieurs points de vente de produits de large consommation