Des femmes souffrant de différents types de cancers ont été obligées de quitter l’hôpital de Blida où elles ont été admises une première fois, selon leurs témoignages dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, mercredi 25 mars. Les patientes ont lancé un appel de détresse aux autorités algériennes pour leur trouver des solutions qui leur permettraient de suivre les traitements et les soins quotidiens dont elles ont besoin.

Dans cette vidéo, on voit les femmes en question à l'extérieur de la structure hospitalière et à côté d'elles, leurs bagages respectifs. La personne qui a pris l'initiative d'enregistrer cette vidéo a affirmé que ces patientes « habitent loin et n'ont nulle part où dormir ! ».

Interrogée, l'une des malades, a confirmé qu'elle habitait à Tiaret. Et de dénoncer : « A l’hôpital, on nous refuse l'admission, dans les associations, nous ne sommes pas acceptées... Nous ne possédons absolument rien !» . « Nous venons de différentes wilayas : Chlef, Djelfa, Aïn Defla...», ajoute-t-elle, avant de conclure, avec une certaine note de désespoir, qu’elle n’a pas d'autre choix que de dormir dehors, dans la cour de l’hôpital, pour continuer à recevoir les soins nécessaires à l’hôpital de Blida.

Appel à solidarité au profit des femmes atteintes de cancer

A travers cette vidéo, un appel à solidarité a été lancé afin de trouver des endroits où ces femmes atteintes de cancer peuvent s'abriter, pour continuer à subir leurs traitements journaliers dans cette wilaya. Les autorités entendront-elles le cri de ces malades ?

Il faut souligner que la décision de renvoyer ces patientes souffrant de maladies chroniques de l'établissement public de Blida, a été prise afin de les protéger du danger de contamination par le coronavirus, dans cette conjoncture de crise sanitaire à laquelle l’ensemble du corps médical doit faire face. En effet, toute personne dont le système immunitaire est fragile est exposée à un risque très élevé de succomber au Covid-19 si elle venait à être infectée.

A lire aussi : Coronavirus en Algérie : Le cri de détresse du corps médical