La récession économique n’a épargné aucun secteur d’activité dans le pays, y compris celui des assurances. En effet, les compagnies des assurances sont durement impactées par la crise. Rien que durant les 3 premiers mois de cette année, leur chiffre d’affaires a baissé de 10%.

Secouées elles aussi par la crise économique que vit le pays, les compagnies des assurances en Algérie ont enregistré des pertes colossales durant ce premier trimestre de 2020. Ces dernières se chiffrent à quelque 6 milliards de dinars, soit une diminution de 10% de leurs chiffres d’affaires par rapport aux trois premiers mois de 2019.

Ce déficit est dû, d'une part, à la nouvelle taxe sur l’environnement. Adoptée dans la nouvelle loi de finances, cette taxe induit l'augmentation des frais de l’assurance automobile de 1 500 à 3 000 dinars. Ce qui a amené les propriétaires de véhicules à opter pour la gamme des assurances la moins coûteuse.

D'autre part, l'interdiction d'importation de véhicules, conjuguée à la suspension des activités des usines de montage automobile, actée par l’interdiction d’importation des kits SKD et CKD, a grandement influé sur le rendement des compagnies des assurances. Ces dernières attendent impatiemment l'importation des véhicules de moins de 3 ans pour compenser leurs pertes.

Ainsi, de l'aveu même de l’Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance, le secteur vit une situation de crise après l’adoption de la nouvelle taxe sur l’environnement, qui a influencé le choix des assurances.

A noter que ces compagnies avaient exprimé à maintes reprises leurs refus d’assumer la perception de cette taxe, à moins d’en tirer une marge bénéficiaire en contrepartie de la prestation. Mais jusque-là, la tutelle n'a pas réagi pour trouver une solution, a rapporté le journal Echorouk.

Par ailleurs, en raison de la pandémie de coronavirus, les compagnies d’assurance ont mis 75% de leurs employés en chômage technique et réduit les horaires des travailleurs maintenus. Elles tiennent à informer, par ailleurs, qu'elles restent ouvertes pour les clients qui veulent renouveler leurs contrats, surtout ceux des assurances véhicules.

Lire aussi : Confinement : Quelles conséquences sur l’économie algérienne ?