L’Algérie s’enfonce de plus en plus dans une crise économique aiguë. L’année 2020 s'annonce encore plus difficile que la précédente. En effet, en plus de l’effondrement des prix du pétrole, l’économie nationale est paralysée par la pandémie de coronavirus. Les experts en énergie prévoient trois scénarios quant à l’évolution de cette situation pour le reste de l’année.

Ainsi, ces derniers dressent un constat implacable sur l’économie nationale, impactée par les chutes des prix du pétrole, principale ressource de l’Algérie en devises. Cette chute a un effet très négatif sur le pouvoir d’achat qui dépend des recettes en hydrocarbures.

Pour Mahmah Bouziane, chercheur permanent au Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), la question est bidimensionnelle. Elle est d'abord liée à la chute des prix du pétrole, puis à la baisse des quantités vendues à cause du recul de la demande. Une situation due surtout à la propagation du coronavirus chez les principaux clients de l'Algérie, notamment l’Espagne, l’Italie, la France et la Chine  .

Les trois scénarios possibles

L’expert explique que trois scénarios sont à prévoir pour le reste de l’année. Le premier consiste en la dégradation de la situation avec la mise en confinement de grandes villes énergivores, telles que New York, ainsi que l'aggravation de la situation dans les pays d’Europe. Ce scénario est le pire, puisqu'il achève le marché pétrolier avec plus de 20 millions de barils en surplus. Il a aussi un grand impact sur le pouvoir d’achat des Algériens qui va nettement chuter.

À lire aussi :  L'euro bat tous les records en baisse devant le dollar et le dinar

Quant au deuxième scénario, il consiste, selon l’expert, à trouver un accord entre les pays qui ont déclenché la guerre des prix. Cette solution dépend de la volonté des Etats-Unis de faire pression sur l'Arabie saoudite pour diminuer sa production, ce qui fera augmenter les prix des hydrocarbures et permettra à l’Algérie de s'en sortir avec moins de dégâts. Suivant cette prévision, le pouvoir d’achat des Algériens en souffrira moins et permettra au gouvernement de mettre en place des mesures sociales.

Le troisième scénario serait de trouver un accord entre les pays producteurs mais aussi un remède au coronavirus pour arrêter la pandémie. Dans ce cas, l’économie mondiale sera relancée et le demande sur le pétrole augmentera, surtout que des pays comme la Chine accéléreront la cadence pour rattraper le retard. Ce scénario, qui est le plus optimiste, donnera plus de marge de manœuvre au gouvernement et permettra de maintenir le pouvoir d’achat au moins à son niveau actuel.

Lire aussi : Les effets désastreux de la chute des prix du pétrole sur l’économie algérienne