Le service Mère et enfants (la maternité) du Centre hospitalo-universitaire Tidjani Damerdji de Tlemcen a connu un scandale dimanche 29 mars. Il a été le théâtre d'une panique effroyable au sein du corps médical et paramédical suite au décès d'une personne contaminée par le coronavirus.

En effet, une septuagénaire mise en confinement au Centre de Remchi, à 20 km du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen, a été transférée samedi 28 mars, au service de maternité du CHU Tidjani Damerdji où elle a succombé à sa maladie, quelques heures plus tard.

Effrayés et en colère, les médecins et les infirmiers du CHU de Tlemcen ont tenu dimanche 29 mars, un rassemblement dans l'enceinte de l'établissement pour protester contre les conditions du transfert de la personne décédée. Ces conditions qui, selon les protestataires, ne respectent pas les normes sanitaires exigées par le gouvernement en cette période de crise sanitaire.

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH) a dévoilé, dans un communiqué corroborant les déclarations des protestataires, que la personne décédée était une femme âgée de 74 qui a été mise sous respiration artificielle. La défunte, ajoute le communiqué, a été transférée « inopinément » et sans que le personnel du service "Mère et enfants" ne soit prévenu.

À lire aussi :  Loi Darmanin : Quel avenir pour les migrants travaillant dans la restauration ?

La LADDH déplore le décès de la septuagénaire, au milieu de parturientes, de femmes enceintes, des visiteurs et du personnel de service, quelques heures après son transfert à la maternité. Par ailleurs l'Organisation de défense des droits de l'Homme a qualifié cet incident de « scandaleux ».

Les médecins et les paramédicaux, effrayés par le décès de la femme, ont aussitôt quitté le service de maternité pour se réfugier à l'extérieur. "C’est inexplicable, sortir une patiente dans un état suspect de corona du centre de confinement et la transférer dans une maternité, il y a anguille sous roche. Nous avons alerté le ministère de tutelle pour ouvrir une enquête, nous avons besoin d’être rassurés" ont-ils déclaré.

Lire aussi : Algérie : La prise en charge des patients à l'hôpital de Boufarik suscite la polémique