Dans ce climat de crise économique aiguë, aggravée par la pandémie du coronavirus, la crise sanitaire contraint l’Algérie à revoir toute sa politique économique, et notamment ses prévisions pour l’année en cours. Pour faire face à tout cela, l’Algérie est-elle prête à entamer des discussions avec les instances financières internationales, comme la Banque Mondiale (BM) ou le Fond monétaire international (FMI) ?

Il n’est un secret pour personne que l’Algérie traverse une période très difficile, exacerbée par la pandémie du Covid-19. La défaillance du système sanitaire est patente, tant il est difficile ces jours-ci de trouver du matériel médical pour le personnel soignant et les malades.

Plus que cela, le problème se pose en termes d'indisponibilité des ressources financières, ce qui rend l’état dans l’obligation de se tourner vers l’international pour une éventuelle demande d’aide de crédit aux instances internationales, et cela après avoir épuisé la majeure partie des réserves de change en devise du pays.

Le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune a révélé, dans sa rencontre avec la presse, que la Banque mondiale (BM), et le Fond monétaire international (FMI) ont proposé à l’Algérie une aide sans intérêt de 130 millions dollars, et ce, pour faire face à la propagation du coronavirus.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Mais tout le monde sait qu’une aide, ou un crédit au profit de l'Algérie pourrait être considéré par les Algériens comme une mauvaise décision. D'autant plus qu'elle risque d'avoir des répercussions sur les couches moyennes et défavorisées, comme cela a été le cas durant les années 1990. Cela, sans parler du risque pour l'Algérie de remettre en cause sa souveraineté.

Par ailleurs, l’état a affecté depuis le début de l’épidémie, une somme de 370 milliards de centimes pour l’acquisition de moyens de prévention et la réalisation de travaux d’aménagement. En plus de cent millions de dollars pour lutter conter la propagation du Covid-19. Cela reste insuffisant en raison de la situation sanitaire en Algérie, et le nombre des personnes contaminées qui monte crescendo.

Lire aussi : Algérie : Ce qu’il faut retenir de la rencontre de Tebboune avec la presse