Le ministère de la santé a décidé d'étendre le traitement à la "chloroquine" sur l’ensemble des cas contaminés au coronavirus, avec une possibilité d'administration de l'antibiotique "lazithromycine" pour les patients souffrant de difficultés respiratoires sévères. C'est ce qui ressort d'un communiqué que le département de Abderrahmane Benbouzid a rendu public mardi  31 mars.

Ainsi, le ministère de la santé a décidé de revoir le protocole de traitement thérapeutique destiné dans un premier temps aux contaminations sévères. Le traitement sera étendu aux cas intermédiaires, sans ajout d’antibiotique "lazithromycine" et de procédure ECG, selon des sources ministérielles.

Le ministère propose une méthodologie de traitement reconnue par les meilleurs médecins algériens, dirigés par le professeur Zidouni Noureddine, spécialiste des maladies pulmonaires. La méthodologie diffère en termes de calendrier à respecter, de dosage à administrer, ainsi que de la possibilité d’administration avec un autre médicament.

Administrer la chloroquine en premier et voir s'il y a lieu d'associer un antibiotique

Par ailleurs, le docteur Hamana Boucherma, du service des maladies infectieuses à l’hôpital "Maillot" de Bab El Oued, à Alger, explique la procédure d'administration du traitement. Il indique que l' administration de la « chloroquine » doit se faire dans un premier temps, en cas de symptômes modérés. Si le patient entre dans une phase symptomatique sévère avec "difficultés respiratoires aiguës", on passe à la deuxième étape, c'est-à-dire, à la fourniture d’un antiviral largement utilisé "lazithromycine" avec une surveillance permanente du rythme cardiaque. Le docteur ajoute que cette approche curative à elle seule ne peut avoir raison de la pandémie. Cette "guerre" nécessite une action sur plusieurs fronts, et ce, de façon simultanée et de manière proactive.

Pour rappel, il y a une semaine, le ministère de la santé a envoyé un document de protocole à suivre en cas de contamination sévère. Un protocole contenant des informations sur la manière d’utiliser la "chloroquine". L’administration du médicament était réservée aux patients souffrant de complications respiratoires aiguës.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : La chloroquine, un traitement qui fait débat