L’Association Le Grand Maghreb (ALGM), en partenariat avec le Croissant rouge algérien (CRA), vient mettre en place un dispositif spécial pour permettre l’enterrement des ressortissants algériens décédés en France du Coronavirus. L’association envisage de donner une sépulture répondant aux préceptes de l’islam dans ces moments de crise sanitaire mondiale, rapporte le journal francophone Liberté.

Selon la même source, devant l’impossibilité de rapatrier les dépouilles des Algériens morts du Covid-19 en France, l’association s’organise pour permettre un enterrement digne et selon les préceptes de l’Islam aux défunts en ces temps de grand désarroi. Il faut noter que le rapatriement vers le pays d’origine des corps des défunts décédés suite à une infection par le coronavirus n’est plus autorisé en raison de la propagation de la pandémie et des difficultés occasionnées.

Lors de l’enterrement, certaines dispositions rituelles telles que la toilette mortuaire, la mise du corps du défunt dans un linceul et la prière mortuaire peuvent être aménagées, compte tenu du principe de la préservation de la vie de celui qui procède au rituel funéraire.

Par ailleurs, l’ALGM liée par une convention de partenariat avec le Croissant rouge algérien a lancé une campagne de solidarité en faveur des personnes âgées, isolées et vulnérables parmi la communauté algérienne en France. L’association organise des collectes de dons alimentaires auprès de grandes structures commerciales pour les redistribuer aux plus nécessiteux.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Des dizaines de dépouilles d’Algériens risquent d’être incinérées en France

Pour rappel, plusieurs familles algériennes ont adressé un courrier au chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune le 18 mars dernier, au sujet du blocage des dépouilles de leurs proches en France. En effet, plusieurs Algériens morts dans l’Hexagone n’ont pas pu être rapatriés en Algérie pour être enterrés, à cause de la suspension des vols entre les deux pays. Elles sont plus de 30 dépouilles qui attendent dans les morgues françaises une solution depuis plus de trois semaines, faute de places dans les rares vols qui ont atterri en Algérie.

Ces familles algériennes expriment leur crainte que leurs proches soient incinérés, à cause du retard pris pour leur rapatriement. Il faut noter que les autorités algériennes et françaises ont décidé de suspendre les vols entre les deux pays pour parer à la propagation du Coronavirus.

Lire aussi : France : Un Algérien originaire de Kabylie décède à 46 ans du Coronavirus