Le ministère algérien de l’Industrie et des Mines a annoncé, ce dimanche 05 avril, que l’Entreprise Nationale des industries électroniques (ENIE) se lancera officiellement « dans la fabrication d’insufflateurs artificiels et de respirateurs automatiques ».

Selon la même source « cette initiative intervient pour contrer le problème lié au manque de ces dispositifs dans les hôpitaux, entravant grandement le travail des professionnels de la santé dans l’accomplissement de leur devoir d’assistance aux malades. »

En effet, l’entreprise nationale de l’industrie électronique, réputée pour la conception de téléviseurs, s’est engagée dans la conception d’un « mécanisme d’insufflateur artificiel » qui remplacera l’intervention manuelle d’assistance respiratoire à travers les moyens traditionnels. « L’insufflateur en question est une version extrêmement simplifiée des respirateurs artificiels classiques », précise le communiqué.

Le département ministériel de Farhat Ait Ali explique que « le prototype a été spécialement conçu, développé et configuré pour répondre aux besoins des patients dont les capacités respiratoires auraient été affectées des suites d’une infection virale ou autres maladies et qui nécessitent une assistance automatisée pour le maintien ou l’amélioration de la fonction respiratoire ».

L'ENIE fabriquera des respirateurs automatiques

L’Entreprise Nationale des industries électroniques (ENIE) « s’est également lancée, après la publication en date du, 31 mars 2020, de la décision de la société Medtronic de la cession, sur un plan humanitaire, de ses droits d’auteurs sur l’invention du système de respiration médicale PB560, dans la fabrication des respirateurs automatiques dans le but de contribuer pour contenir cette pandémie », indique le communiqué.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Pour rappel, un prototype opérationnel du premier respirateur artificiel  100% algérien a été mis au point par la société Global Algerian Technology.  L’information fut annoncée par le PDG de l’entreprise, en garantissant que l’appareil sera livré aux hôpitaux gratuitement.

Lire aussi : Le laboratoire de dépistage de l’université de Tizi Ouzou officiellement lancé