L’affaire de corruption internationale en Algérie dite "Saipem-Sonatrach" est décidément, loin de connaitre son épilogue. En effet, malgré l’acquittement de l’entreprise italienne en janvier dernier et l’accord de réconciliation signé entre les deux groupes pétroliers en février, c’est le Trésor public algérien qui se serait constitué partie civile dans l’affaire. Le tribunal d’Alger aurait ordonné l’ouverture d’une nouvelle enquête, rapporte ce mercredi 8 avril, le journal arabophone Echourouk.

Selon le même média qui cite un rapport de l’entreprise italienne, la cour d’appel d’Alger lui aurait demandé des documents et des renseignements sur sa filiale en Algérie, Saipem Contracting Algérie. Et ce, en vue de l’ouverture d’une nouvelle enquête à la demande du Trésor public algérien qui s’est constitué partie civile. L’affaire concerne le marché de réalisation du complexe du gaz naturel liquéfié d’Arzew à Oran «GNL 3», dont les faits remontent à 2008.

Le rapport de Saipem révèle également que les autorités judiciaires algériennes auraient informé en octobre dernier, l’entreprise italienne de l’annulation du verdict prononcé par le tribunal d’Alger en février 2016, dans cette affaire.

Selon le même document, le juge d’instruction près la Cour suprême aurait entamé les procédures de l’enquête préliminaire en novembre dernier. L’entreprise Saipem Contracting Algérie et sa filiale Snamprogetti ont été tenues de fournir des documents supplémentaires concernant le contrat du projet « GNL 3 » d’Arzew qui leur avait été attribué par Sonatrach en 2008.

Saipem a signé un accord à l’amiable avec Sonatrach

En février dernier, Sonatrach et Saipem ont signé un accord de réconciliation d’une valeur de 200 millions de dollars versés au groupe public algérien. L’accord signé à Alger prévoyait le règlement à l'amiable des litiges entre les deux parties.

L’accord a permis de régler à l'amiable l'ensemble des litiges existant entre Sonatrach et le Groupe Saipem. Il s'agit de quatre (4) contrats différents dont celui de la réalisation de l’usine de liquéfaction de gaz à Arzew (train GNL3 ). Ainsi qu’un contrat de réalisation de trois trains de GPL, d'une unité de séparation d'huile (LDHP) et des installations de production de condensats à Hassi Messaoud, un contrat de réalisation de l'oléoduc GPL LZ2 24 (ligne et station) à Hassi R'mel. Aussi, le 4ème contrat porte sur la réalisation d'une unité de production gazière et pétrolière sur le champ Menzel Ledjmet pour le compte de l'association Sonatrach/FCP (First Calgary Pétroleum, Canada).

Lire aussi : Affaire Sonatrach : Les proches de Chakib Khelil relaxés