Alors que le ministère de l’Education nationale n'a encore pris aucune décision concernant les examens de fin d'année (BAC, BEM et 5e AP), en raison de la situation sanitaire due au coronavirus en Algérie, les syndicats de l'Education, quant à eux, n’arrivent pas à trancher. A ce stade, trois scénarios sont envisageables.

En effet, le ministre de l’éducation  Mohamed Ouadjaout, a tenu à rassurer qu’“aucune décision ne sera prise sans avoir consulté préalablement les partenaires sociaux, notamment les organisations et associations de parents d’élèves et les syndicats agréés”. Néanmoins, le ministère de la tutelle privilégie l'instauration d'un système d’évaluation pour les élèves candidats de la 5e AP et du BEM qui consiste à comptabiliser la moyenne des deux trimestres pour le calcul de l’année scolaire, et d’annuler le troisième trimestre en cas d’évolution négative de la situation sanitaire. Concernant, le baccalauréat, il serait question de décider de son report à septembre prochain.

De son coté, Messaoud Boudiba, porte-parole du Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest) estime que le temps n’est pas à la reprise des cours en ligne mais à la suppression définitive du troisième semestre à cause du confinement qui risque de durer plus longtemps que prévu.

À lire aussi :  La harga devient un projet familial en Tunisie

Reprise des cours et maintien des examens

La possibilité d’une éventuelle reprise des cours n’est pas encore exclue par les syndicats. En effet, la reprise est prévue officiellement pour le 19 avril 2020. Et bien qu'aucune visibilité n’est garantie jusque là, les syndicats ne semblent pas être pressés d'exclure cette éventualité.

Les partenaires sociaux soutiennent que plus de 75 % du programme annuel a été fait durant les deux premiers trimestres, le troisième peut se faire en un mois de cours condensés, et ce, même en envisageant la possibilité d’une reprise vers la mi-mai.

Report des examens jusqu’au mois de septembre

Le coordinateur du Cnapest, Messaoud Boudiba soutient que si la reprise est repoussée jusqu’au 15 mai, le troisième trimestre sera maintenu et les examens de fin de cycle devront être reportés au mois de septembre.

Les syndicats de Education et les bacheliers proposent le report des examens au mois de septembre, en se basant sur le fait que les chiffres des personnes atteintes de Covid-19 sont en augmentation chaque jour, et que tout le monde pense que cette pandémie va durer au moins jusqu'à fin mai.

Comptabilisation des deux trimestres afin d’accéder en classe supérieure

Le scénario est relatif notamment pour les classes de cycle primaire, à cet effet, Bachir Kious, de la coordination des enseignants de l’école primaire, soutient que le scénario à deux trimestres n’est pas exclu. Pour ce qui en est des élèves qui vont passer la 5e AP, ils seront dispensés de cette épreuve et leur admission sera envisagée en se centrant sur l’option de passage.

À lire aussi :  Le calvaire des demandeurs de titre de séjour en Seine-Saint-Denis

En ces temps de crise sanitaire, nombreuses mesures en étaient prise, et ce afin de préserver la personne humaine de la propagation massive du virus. Les vacances de printemps ont été avancées et le report de la reprise commence à pointer le bout de son nez, à bientôt mi avril, aucune amélioration n’a été enregistrée.

Pour rappel, un dispositif d’enseignement à distance a été mis en place par le ministère de l’éducation, afin d’assurer une reprise des cours, pour faire face au mieux à la crise sanitaire, des cours pour tous les cycles éducatifs sont disponibles via internet, et diffusés chaque jours à la télévision sur la chaîne nationale.

Lire aussi : Algérie : Des parents se plaignent de l’enseignement à distance