L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a choisi une infirmière algérienne pour rendre hommage à toutes les infirmières et sages-femmes africaines à l'occasion de leur journée internationale de la santé, coïncidant avec le 7 avril de chaque année. Il s'agit Karima Azzoug, infirmière depuis 25 ans à l'Etablissement hospitalier spécialisé (EHS) d'El-Kettar, à Alger.

Pour la circonstance, l'OMS lui a dressé un portrait à travers un entretien qu'elle lui a consacré sur son site. « Lorsque le moment est venu de choisir ma voie, je suis allée dans le domaine de la santé parce que je voulais prendre soin des autres et, pour moi, être infirmière m'a permis de le faire. Être infirmière est un métier très noble. Je ne changerais pour rien au monde », a déclaré l'infirmière.

« Le cœur de notre travail est le patient. En travaillant ensemble, nous veillons à ce que nos actions soient coordonnées afin que chacun joue son rôle au mieux de ses capacités. Prendre soin d'un patient ne signifie pas seulement lui donner des médicaments. Surtout, vous devez les surveiller de près, de A à Z. Mangent-ils correctement? Sont-ils propres? Le lit est-il propre? Est-il émotionnellement bien? », a encore confié Karima Azzoug.

Une bonne infirmière est méticuleuse dans son travail

L'infirmière algérienne, note l'OMS, est également doyenne des infirmières dans son hôpital. « Je supervise les étudiants affectés à notre département », a-t-elle déclaré. « Je leur montre à travers mon exemple qu'une bonne infirmière doit être méticuleuse dans son travail, être à l'écoute, être attentive et avoir le souci des autres », a-t-elle ajouté.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Karima Azzoug est fière de son engagement dans la profession, fait encore remarquer la même organisation. « Je ressens un réel amour pour mes patients. Ils viennent à nous dans une situation d'extrême vulnérabilité et je suis heureuse de leur apporter soins et confort. Mais pour moi, le bonheur complet, c'est quand je vois la personne quitter l'hôpital en bonne santé. Voir une personne se remettre d'une maladie et savoir que vous y avez contribué - je pense que c'est la meilleure chose au monde », a-t-elle encore soutenu.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : Plus de 160 médecins et paramédicaux placés en quarantaine