Le tribunal de Sidi M’hamed à Alger a rendu son verdict ce jeudi 9 avril dans le procès de l’activiste Brahim Daouadji. Celui-ci est condamné à 6 mois de prison ferme et une amande de 50 000 dinars, indique le communiqué du Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

L’activiste du Hirak a été arrêté le 16 mars par des agents en civil à Mostaganem. Il a été présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed qui l'a placé sous mandat de dépôt. Lors de son procès tenu le 2 avril dernier, le procureur de la République avait requis 3 ans de prison ferme à son encontre, ajoute la même source.

L’ex-détenu du Hirak vient ainsi s’ajouter à la longue liste des activistes condamnés en ces temps de propagation du coronavirus. Cela malgré l'alerte lancée par l’ONU qui a appelé les gouvernements à vider les prisons. Alors que plusieurs ONG internationales demandent la libération des détenus politiques et d’opinion.

Pour rappel le tribunal de Bir Mourad Raïs à Alger avait condamné le 5 avril dernier, le journaliste Sofiane Merakchi à 8 mois de prison ferme. En plus de la lourde condamnation, toujours à Alger, du président de l’association Rassemblement Action Jeunesse (RAJ) qui a écopé une peine d'une année de prison ferme prononcée le 6 avril dernier.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

En outre, notons que le tribunal de Koléa a pris la décision de renvoyer au 27 avril prochain, le procès du coordinateur de l'UDS, Karim Tabbou. Ce procès est en relation avec la première arrestation du militant le 11 septembre 2019.

Lire aussi : Algérie : Karim Tabbou et les détenus du Hirak bénéficieront-ils de la grâce ?