Les travailleurs et les étudiants algériens non résidents au Canada auront droit à une prise en charge des autorités canadiennes. C'est ce qu'a rapporté la presse locale. Cette mesure exceptionnelle ne concerne pas seulement les ressortissants algériens, mais l'ensemble des immigrés étrangers établis dans ce pays.

Bonne nouvelle pour les Algériens établis mais non résidents au Canada. Ce sont surtout les étudiants qui applaudiront, eux qui ont vécu le calvaire à cause de la propagation du coronavirus dans ce pays. D'ailleurs, des cris de détresse ont été déjà lancés par le mouvement associatif pour aider cette frange qui se retrouve du jour au lendemain livrée à elle même. Il faut savoir, en effet, que ces étudiants et très certainement certains ouvriers n'ont plus de ressources à cause du confinement. Cette mesure préconisée par les autorités pour endiguer la propagation du Covid-19, est synonyme pour ces centaines de personnes, de chômage sans aucun revenu.

Ils peuvent désormais souffler. Ils auront ainsi droit à l'instar des autres étudiants et les travailleurs étrangers à la prestation canadienne d’urgence au même titre que les citoyens du Canada, rapportent les médias locaux. Cette prestation est destinée à faire face aux conséquences du Coronavirus sur l’emploi et les entreprises du pays. Cette prestation d’urgence sera offerte, pour une durée maximale de seize semaines, sous la forme d’un chèque mensuel de 2 000 dollars canadiens (1 311 euros), indique la presse canadienne.

À lire aussi :  France : Le coût de la vie pour les étudiants en forte hausse

La prestation est destinée à "compenser une perte de revenus survenue entre le 15 mars et le 3 octobre », selon les médias canadiens. Cela dit, pour en bénéficier "il faudra confirmer tous les mois, pendant quatre mois, être encore sans revenu", précise la même source, ajoutant que le demandeur ne doit pas avoir quitté son emploi volontairement. Le Journal de Montréal explique qu' « une personne ne doit toucher aucun revenu pendant une période de quatorze jours consécutifs".

Lire aussi : Coronavirus en France : Les Algériens sans-papiers sans ressources