Plusieurs médias ont rapporté que le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune avait mis fin aux fonctions de trois responsables de trois grands établissements culturels. Une information qui a surpris les professionnels et les amateurs de la culture.

En effet, par décret présidentiel datant du 7 mars 2020, et publié sur le Journal officiel (JORA), le président Tebboune a mis fin aux fonctions de Noureddine Saoudi, directeur général de l'Opéra d'Alger, de Fouzia Akkak, directrice de l'Institut supérieur des métiers des arts du spectacle et de l'audiovisuel (ISMAS), et de Nadira Aklouche Laggoune, directrice du Musée public national d'art moderne et contemporain d'Alger (MAMA).

Cependant dans le cas de Nadira Aklouche directrice du Musée Public National d’Art Moderne et Contemporain d’Alger (MAMA) qui, dans son cas, partait à la retraite à sa demande, ce qui n’a pas été mentionné dans le décret et a laissé entendre, implicitement, que sa fin de fonction était une décision de la tutelle comme pour ses deux autres collègues.

Dans une correction de cette omission - qui a porté préjudice à l’intéressée-, apportée par le Ministère de la Culture sur sa page facebook le 7 avril, le rectificatif précise que la fin de fonction de Mme Alouche (au lieu de Aklouche) fait suite à sa demande de départ à la retraite pour « raisons de santé ». ce que réfute l’intéressée qui n’a jamais été invoqué cela dans sa demande à aucun moment et précise que ça n’a jamais été le cas.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Aklouche n'est pas malade

Contactée par notre rédaction, Nadira Aklouche Laggoune s'est indignée face aux informations rapportées par les médias et qui portent atteinte à son parcours et à son intégrité. D'emblée, l'ancienne directrice du MAMA a contesté les termes employés par la presse et a expliqué que la décision de mettre fin à ses fonctions avait été prise suite à sa « demande de départ à la retraite déposée au mois de décembre 2019 après 33 ans de service » et qu'elle n'avait fait l'objet « d'aucune destitution ».

Par ailleurs, Nadira Aklouche Laggoune a confié qu'elle était surprise d'apprendre que la décision de mettre fin à ses fonctions a été rapportée par les médias le 22 mars dernier, alors que le décret présidentiel a été publié sur le Journal officiel le 8 mars. Concernant la publication du ministère de la Culture diffusée sur sa page Facebook, Nadira Aklouche Laggoune a rassuré qu'elle était « en bonne santé et en très bonne forme ».

Rappelons que Nadira Aklouche Laggoune, qui est connue dans les milieux culturel et artistique, est diplômée en Droit et titulaire d'un master en critique audiovisuelle et théorie de l'art et doctorante en art. Elle a été enseignante à l'Ecole supérieure des Beaux-arts d'Alger et elle a également enseigné à l'Institut Supérieur d'Art Dramatique et à l'Institut supérieur de musique d'Alger.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Lire aussi : Nouveau dérapage raciste à l’ENTV : Le Directeur de l’information limogé

https://www.facebook.com/ministeredelaculturedzar/posts/1530899810410060