Djelloul Hadjimi, président de la Coordination nationale des imams algériens, s'est exprimé sur la polémique autour de l'annulation du jeûne du Ramadan 2020 en Algérie, en raison de la propagation du Coronavirus. Il est encore prématuré de prendre une décision sur l’annulation du jeûne, a-t-il estimé dans une déclaration accordée ce samedi 11 avril, au journal francophone Le Soir d'Algérie. 

https://www.youtube.com/watch?v=fy020U7tQ8A&feature=youtu.be

Le coordinateur des Imams algériens pense que toute décision prise sur l'annulation et le maintien du jeûne du Ramadan pour cette année, sera liée à la préservation de la santé des citoyennes et citoyens algériens. « L’essentiel est dans le sauvetage des vies humaines et de dépasser cette terrible crise sanitaire, » a-t-il indiqué.

Selon Djelloul Hadjimi, les avis sur une éventuelle annulation ou maintien du jeûne cette année sont mitigés. Certains théologiens soutiennent que le jeûne amoindrit la santé de la personne qui le pratique, tandis que d’autres assurent qu’au contraire, le jeûne consolide, renforce, et renouvelle le système immunitaire.

Concernant la suspension des prières collectives dont les Tarawih, le président de la coordination affiliée à l’UGTA affirme que tout est lié aux développements de la situation sanitaire en Algérie. « Nous ne savons rien de ce qui sera décidé au-delà du 19 avril prochain. Tout est lié au taux de propagation de la pandémie de coronavirus, » indique t-il.

À lire aussi :  Espagne : Tout savoir de la prise en charge des migrants mineurs

Vers l’annulation du Hadj 2020 ?

Par ailleurs, le ministre des affaires religieuses, Youcef Belmehdi, a indiqué jeudi dernier qu'aucune décision n'est encore prise concernant l'annulation du Hadj 2020. Il a déclaré que le pèlerinage à la Mecque prévu fin juillet-début août prochains, n'est pas encore suspendu. Toutefois, le ministre reconnait que les circonstances actuelles de la pandémie de coronavirus ont contraint les autorités saoudiennes à demander la suspension de tous les préparatifs liés à ce rituel religieux, pour « protéger la santé des musulmans et des citoyens ».

Pour rappel, les autorités saoudiennes ont soutenu que le royaume était préoccupé par la sécurité des pèlerins, incitant les fidèles à « attendre avant de planifier » leur séjour, en repoussant ainsi leurs réservations.