Les ressortissants étrangers en situation irrégulière en France dont les Algériens ne peuvent plus avoir accès à l’asile durant la période de confinement du au coronavirus. En effet, l’enregistrement des demandes d’asile est suspendu suite à la fermeture des préfectures et des associations chargées de l’enregistrement de la démarche.

Les sans-papiers algériens souhaitant déposer une demande d’asile en France doivent attendre la fin du confinement. Pourtant, au début de la pandémie, le gouvernement français avait décidé que l’asile devait être préservé au titre des services publics indispensables. Cependant, les préfectures et les offices d’immigration se sont vite rendus à l’évidence.

L’opération de l’enregistrement de la demande d’asile est devenue impossible presque partout sur le territoire français. La procédure est aussi impactée par la fermeture des frontières aériennes et terrestres, qui réduit les flux d’arrivées en France. "On n’y arrive plus, on est obligé de fermer", avait reconnu le 23 mars dernier, Didier Leschi, directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). L’office a par conséquent suspendu sa plate-forme téléphonique de délivrance de rendez-vous.

L'OFII avait décidé également la suspension de "toutes les procédures d'accueil du public en dehors de la procédure d'asile".  Ainsi, les formations prévues dans le cadre du Contrat d'intégration républicaine (CIR), comme les cours de français et les visites médicales des étrangers, sont pour l'heure suspendues.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Les associations de migrants montent au créneau

Face à ce constat, plusieurs associations de migrants alertent sur la situation précaire que vivent actuellement les demandeurs d’asile en France. Un calvaire qui s’est encore accentué avec la crise sanitaire que traverse actuellement la France et le confinement qui dure depuis près d’un mois.

Ces associations rappellent que toutes ces personnes qui ne peuvent accéder à l’asile ne peuvent pas non plus accéder aux droits sociaux afférents comme l’Allocation pour demandeurs d’asile, l’hébergement ou la protection universelle maladie. Les tribunaux seront également fermés pour une durée indéterminée. Tous les entretiens pour déterminer le statut des réfugiés ainsi que les audiences en appel pour un refus de demande d'asile sont donc suspendus.

Prolongation de la durée des titres de séjour pour les Algériens bloqués en France

Pour rappel, les autorités françaises avait annoncé le 21 mars dernier, une mesure exceptionnelle en faveur des ressortissants algériens bloqués en France. La décision consiste en le prolongement des séjours “courte durée”. En raison de la suspension des liaisons aériennes et maritimes entre la France et l’Algérie, plusieurs ressortissants algériens titulaires d’un visa court séjour sont bloqués en France.

« Les personnes qui se trouvent actuellement en France sous couvert d’un visa de court séjour peuvent, dans des cas d’urgence justifiés, bénéficier d’une prolongation de visa de court séjour (dans la limite de 90 jours) ou d’une autorisation provisoire de séjour (d’une durée de 3 mois préconisée) », avait informé le Consulat général de France à Alger.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Lire aussi : Droit d’asile : La Grèce ferme la porte aux Algériens