Le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a estimé, ce mardi 14 avril 2020, que le bilan de la propagation du coronavirus à Alger n'est pas aussi inquiétant et n'impose pas un confinement total. Il a affirmé toutefois que cette mesure n'est pas à écarter si cette maladie se propage davantage.

Intervenant à la chaîne 3 de la Radio algérienne, le ministre de la santé s'est montré tout aussi confiant que l'a été le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune par rapport à l'évolution de la pandémie liée au Covid-19 en Algérie. Abderrahmane Benbouzid a estimé en effet que « si au début l'Algérie, en raison de ses faibles moyens de lutte, s'est trouvée désarmée, ceux engagés dans l'urgence ont permis de maîtriser la difficile situation que nous avions connue à ses débuts ».

Pour le ministre de la santé, le meilleur paramètre à mettre en évidence dans cette situation est celui relatif au faible taux de mortalité constaté parmi les malades affectés par le virus, dont ceux mis sous chloroquine « qui se sont bien rétablis ». Le ministre estime que la situation ne prête pas à l’inquiétude et n'incite pas à opter pour un confinement total, notamment à Alger. Du moins présentement. Dans ce sillage, Abderrahmane Benbouzid dit craindre que les mesures de prévention ne soient pas respectées durant le mois de Ramadan. Cela dit, en cas de flambée de la pandémie, « nous serons contraints d'imposer un confinement total », a-t-il assuré.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Distribution de masques

Par ailleurs, il a affirmé que si la situation l'oblige, l'Etat précédera à la distribution des masques de protection aux citoyens, faisant état d'un stock de 11 millions de ces masques en Algérie. Au passage, il annonce  qu'un sportif de haut niveau, dont il a refusé de citer le nom, va incessamment faire parvenir au pays un don de 50 millions de ces moyens de protection.

Dans un autre registre, le ministre de la Santé admet que de nombreuses défaillances ont été observées dans l'ensemble des établissements de soins, objets de virulentes critiques, tant de la part des citoyens que des personnels de santé dans leur ensemble.

Lire aussi : Coronavirus: Les Algériens violent les règles du confinement