Le président de l’assemblée populaire de la commune de Ammal dans le sud-est de la wilaya de Boumerdès en Kabylie, vient d’émettre un édit interdisant la libre circulation des citoyens de et vers le chef-lieu communal. C’est ce qui rapporte ce jeudi 15 avril, le journal francophone El Watan.

Le maire d’Ammal a instauré des mesures strictes pour les déplacements dans le chef-lieu de la commune. Il veut obliger les habitants à respecter le confinement à domicile pour lutter contre le coronavirus. Les non-résidents de la commune ne sont autorisés à y accéder pour des raisons impérieuses qu’après un contrôle sanitaire.  Les opérations de désinfection sont systématiques pour les véhicules autorisés à circuler.

Il faut dire que plusieurs villages en Kabylie sont placés en quarantaine par les habitants. Initiée par des citoyens de certaines localités, cette mesure de confinement a vite fait des émules pour se généraliser à travers pratiquement l’ensemble des villages de la région. En effet, les accès vers ces villages sont strictement fermés. De jeunes bénévoles veillent au grain. A l’entrée de chaque contrée, un barrage est installé. Les opérations de nettoyage et de désinfection se font, en outre, régulièrement dans ces villages.

Par ailleurs, le résultat de ce confinement strict n’a pas tardé à donner ses fruits puisque la région ne connaît pas une hausse remarquable du nombre des personnes contaminées de coronavirus. C’est dire que cela peut constituer un exemple à suivre pour les autres wilayas où le nombre des contaminés ne cesse d’augmenter.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

Lire aussi : Autorisation pour circuler en Kabylie : Des élus montent au créneau