Le confinement pourrait se poursuivre jusqu’en 2022, selon une étude menée par des chercheurs de la prestigieuse université américaine Harvard publiée dans la revue Science ce mardi 14 avril. Ce groupe de chercheurs conseille d’alterner entre des périodes de confinement et de liberté afin de prévenir contre une nouvelle vague pandémique.

https://www.youtube.com/watch?v=MqOOlcbDyf8&feature=youtu.be

Selon les chercheurs d’Harvard, des périodes de déconfinements épisodiques seront requises afin d’aboutir à long terme, à la construction d’une immunité collective. En effet, la distanciation sociale et le confinement à domicile peuvent durer jusqu’en 2022.

Le groupe de chercheurs a en outre indiqué que, la maladie causée par le Coronavirus selon l’hypothèse soutenue lors de la recherche, serait saisonnière comme d’autres virus qui proviennent de la même famille. « En l’absence de traitement, des périodes intermittentes de distanciation sociale seront sans doute nécessaires », assure le Pr. Stephen Kissler, membre de groupe de recherche.

Alterner entre phase de confinement et phase d'ouverture

La période de confinement sera prolongée tant qu’un vaccin concluant ou des traitements efficaces ne seront pas découverts. Dans l’attente de la réalisation d’une telle prouesse, les chercheurs d’Harvard conseillent d’alterner entre phase de confinement et phase d'ouverture. Et ce dans le but de prévenir une nouvelle vague qui s’abattra sur l’espèce humaine.

À lire aussi :  Soixante ans après l'indépendance, ces Algériens papis-portefeuilles

Cette période de renforcement de confinement permettra aux systèmes de santé mondiaux de renfoncer leurs hôpitaux en termes d’équipements adéquats pour faire face à une éventuelle contamination massive, estiment l’équipe de recherche d'Harvard.

Par ailleurs, dans ce contexte mondial de doute et d'incertitude, l’Algérie espère voir le bout de tunnel d'ici la fin du mois d'avril. Le président algérien,  Abdelmadjid Tebboune a estimé il y'a quelques jours, que l’Algérie se dirige vers une sortie de cette crise sanitaire. «Je pense que si on continue sur cette voie, d’ici la fin avril, on sera soulagé », a-t-il déclaré tout en soulignant que les moyens de lutte contre la pandémie « sont disponibles et le seront davantage ». Le Chef de l'Etat a soutenu que l’Algérie « maîtrise la situation » face à la pandémie du Coronavirus.

Lire aussi : Coronavirus: Les Algériens violent les règles du confinement