À l’arrêt depuis le 22 mars dernier en raison de la crise sanitaire que traverse le pays, l’Entreprise nationale des industries de l’électroménager (ENIEM) accuse des pertes de 600 millions de dinars dans la production et 700 millions de dinars de manque à gagner sur le chiffre d’affaires. 

Rien ne va plus à l'ENIEM. Après avoir bénéficié d'un premier crédit pour relancer sa machine de production, au lendemain d'un arrêt technique engendré par des contraintes financières, l'entreprise nationale de l'électroménager subit de plein fouet un nouveau coup : le confinement décrété par les autorités du pays pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

Une mesure qui a contraint la direction à prendre la décision d’arrêter ses activités du 22 mars au 21 avril, après la suspension du transport et le taux d’absentéisme engendré par celui-ci. A cela s'ajoutent des problèmes de dédouanement de matières premières, rencontrés au niveau des ports et aéroports.

L'impact sur l’entreprise est pour le moins désastreux. Celle-ci accuse des pertes de 600 millions de dinars dans la production et 700 millions de dinars de manque à gagner sur le chiffre d’affaires, déclare le directeur général de l’ENIEM, Djillali Mouazer, sur les ondes de la radio de Tizi Ouzou. Ce dernier ajoute que la reprise des activités est conditionnée par "les services douaniers, car nous avons encore de la marchandise en attente de dédouanement au niveau du port et de l’aéroport, cela risque de poser problème et de retarder la relance de la production".

Rappelons que la direction de l’ENIEM a demandé à tous les directeurs d’organiser le départ en congé de leurs personnels en respectant certaines directives, à savoir l'épuisement des reliquats des congés annuels en premier lieu, l'anticipation sur le congé annuel en deuxième lieu et le congé sans solde en troisième lieu pour le personnel qui a déjà consommé son droit en congé anticipé. Concernant le congé sans solde, les travailleurs pouvaient bénéficier, à leur demande, d’une avance sur salaire dont le remboursement s’effectuera sur une échéance à déterminer ultérieurement.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : L’ENIEM de nouveau à l’arrêt