La Société nationale pour la recherche, la production, le transport, la transformation et la commercialisation des hydrocarbures (Sonatrach) a décidé de sévir contre les travailleurs qui n’ont pas rejoint leurs postes. En effet, le directeur de la Division Associations, du géant pétrolier Toufik Hamdane, a menacé de licencier les travailleurs qui se sont absentés, dans une note adressée aux administrateurs des groupements et OOC's (Organes Operating Conjoints) de l’entreprise.

Ainsi, Toufik Hamdane affirme que les agents qui «ont manifesté leur refus catégorique de rejoindre leur poste de travail» seront licenciés. Il révèle dans sa note que «dans le cadre de la reprise de relève conformément au planning des rotations arrêté par les responsables concernés, nous portons à votre attention qu'il nous a été donné de constater que certains agents ont manifesté leurs refus catégorique de rejoindre leur poste de travail et ce, malgré les instructions fermes de leur hiérarchie».

Le directeur de la Division Associations (Activité Exploration Production) précise que dans le contexte actuel marqué par la pandémie de coronavirus, la «situation de refus de travail au préjudice du personnel ayant accompli un cycle de travail dépassant les 28 jours autorisés» est intolérable. Il affirme que son administration va engager la « procédure disciplinaire par la transmission au préalable des mises en demeure réglementaires ». Toufik Hamdane ajoute dans la même note que «si durant ce délai », les travailleurs ne rejoignent pas leurs postes, «il y aura lieu de recourir à des sanctions disciplinaires dont les conséquences pourront aller jusqu'au licenciement sans indemnités ni préavis ».

Le responsable conclut sa directive par avertir que «simultanément, nous vous informons de positionner les concernés en code «08» et de suspendre le versement de leurs salaires pour la période considérée».

Lire aussi : Algérie : Le groupe Sonatrach en « état d’alerte maximale »