Confinement oblige, le ramadan 2020 en France sera différent des précédents pour la communauté algérienne établie dans ce pays. En effet, plusieurs traditions et rituels inhérents au mois de carême se verront réadaptés au contexte sanitaire actuel ou, tout simplement, supprimés. 

Ainsi, le mois sacré, qui jouit d’une place importante chez les musulmans du monde, coïncidera cette année avec un confinement dû à une situation sanitaire inédite. En raison de cette mesure sanitaire imposée en France et un peu partout dans le monde, le mois du jeûne sera, pour ainsi dire, "dépouillé" de ses rituels et traditions mais aussi de son ambiance unique.

Les musulmans sont appelés à faire l'impasse sur nombre de pratiques, culturelles ou religieuses, observées habituellement pendant ce mois de jeûne. Une nécessité dictée par la lutte contre la propagation du coronavirus. De l'avis de plusieurs membres de la diaspora algérienne en France, le ramadan de cette année s'annonce morose et bien loin des marques de convivialité habituelles, les pratiquants étant tenus d'adapter le mois du jeûne à la disposition d'isolement née de la crise sanitaire.

Les Algériens de France appelés « à vivre autrement le mois de ramadan »

Le Conseil français du culte musulman a appelé les musulmans de France, dont les Algériens, à se préparer « à vivre autrement le mois de ramadan ». L'instance religieuse a évoqué l'importance de maintenir certaines coutumes, jugées indispensables, telles que les repas familiaux, ou encore les prières collectives, tout en respectant les mesures sanitaires décrétées. Ainsi, le conseil a exhorté les fidèles à se réunir virtuellement via les différentes applications numériques, telles que Skype, Messenger, Watsapp, HousePartys, Zoom et Facetime.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Le CFCM a incité, néanmoins, dans un message adressé aux musulmans de France, « les fidèles à accomplir les prières journalières chez eux (…) seule attitude responsable et conforme aux principes et aux valeurs de (la) religion dans ce contexte d’épidémie ».

Maintien de la fermeture des lieux de culte durant le mois sacré

En raison de la crise épidémique que traverse le monde et compte tenu de la proximité sociale qu'impliquent les rites musulmans durant le mois de jeûne, le CFCM a appuyé le maintien de la fermeture des mosquées et des différents lieux de culte en France. Les fidèles sont donc invités à pratiquer les prières journalières à domicile.

Concernant les prières collectives de Tarawih, pratiquées selon la tradition musulmane durant les soirées de jeûne dans les mosquées, l'institution religieuse souligne, là encore, qu'il est « souhaitable qu’elles soient effectuées à domicile. »

Lire aussi : Annulation du jeûne du Ramadan en France : Le CFCM tranche