La compagnie française Air France fait face depuis hier à de vives critiques suite à un vol Paris - Marseille lors duquel aucune mesure de distanciation n'aurait été respectée à l'intérieur de l'avion, qui était plein à craquer. 

La compagnie aérienne Air France aurait, en effet, bafoué toutes les recommandations du gouvernement et des spécialistes de la santé, qui ne cessent de réclamer le respect des gestes barrières et la distanciation sociale. C'est ce qui ressort du témoignage d'une journaliste de France 2, qui a pris ce vol Paris-Marseille, samedi. Son témoignage a provoqué une véritable polémique en France.

« Ce qui est troublant, c'est que durant tout le parcours à Roissy, les distances sont respectées. Mais dès lors qu'on arrive dans l'avion, on nous annonce que le vol est complet ! », explique la journaliste, Charlotte Gillard. À l'intérieur de l'avion, elle raconte que les passagers étaient entassés à quelques centimètres les uns des autres. Ce qui est en contradiction totale avec les règles sanitaires. « Nous étions tous interloqués, assis, serrés les uns à côté des autres, sans masques pour la plupart, et notre visage à 30 centimètres de celui de notre voisin ! », s'étonne-t-elle.

Air France se défend

Il faut dire que l'Etat français n'a pas cessé de demander le respect du confinement en observant les gestes barrières. Les révélations de cette passagère ont mis à nu les défaillances de la compagnie en matière de prévention sanitaire.

Contactée par la chaîne France 2, la compagnie Air France assure avoir pris des mesures « afin de limiter au maximum les interactions et contacts » entre les passagers durant les vols. La compagnie assure également que "l'air en cabine est renouvelé toutes les trois minutes", traité et recyclé par des filtres. En outre, les responsables de la compagnie ont promis la mise en place de nouvelles règles pour les prochaines semaines.

Rappelons que la compagnie aérienne française Air France envisage une reprise progressive de ses vols dès la levée du confinement décrété par le gouvernement français pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, c’est-à-dire le 11 mai. Néanmoins, cette décision ne concernera, dans un premier temps, que les vols intérieurs. La reprise sera élargie aux vols internationaux à partir de juillet.