Accusés de négligence dans la pandémie qui secoue le monde, les dirigeants chinois sont la cible d'une action collective menée par plusieurs milliers de citoyens et des ONG à travers le monde. Pékin est appelée à rendre des comptes et expliquer ce qu'il s'est réellement passé. 

En effet, le régime chinois est accusé d'avoir essayé de dissimuler l'ampleur des dégâts humains et économiques, occasionnés par la pandémie du nouveau coronavirus. « La souffrance humaine et le préjudice économique occasionnés sont incalculables », dénonce-t-on.

Ainsi, quelque dix mille citoyens des quatre coins du monde, dont les États-Unis et la Grande-Bretagne, ont chargé plusieurs avocats d'introduire une action en justice contre le gouvernement chinois. Ils réclament à la Chine un dédommagement de plusieurs trillions de dollars.

Aussi, l'ONG israélienne Shurat HaDin, qui défend d'ordinaire les victimes mondiales du terrorisme, prévoit, dans les prochains jours, d'intenter une action contre Pékin au niveau des tribunaux américains. L'ONG justifie le choix du pays de l'Oncle Sam, par "la peur des autres pays de la puissance économique chinoise".

La société américaine Berman Law Group, qui a lancé les procédures judiciaires contre Pékin, accuse le pouvoir communiste d'avoir dissimulé des données, d'avoir refusé l'accès en Chine aux experts internationaux de la santé et d'avoir réduit au silence des médecins locaux qui avaient averti de la gravité du coronavirus. "Les dirigeants chinois doivent être tenus pour responsables de leurs actes. Ils ont lâché l'"enfer" sur nos pays et ils devront payer pour cela", insiste Jeremy Alters, directeur de la société des avocats chargés de cette affaire.

À lire aussi :  L'Espagne recrutera plus de 15 000 saisonnières agricoles au Maroc

Ces derniers disent se poser des questions sur la véritable origine du coronavirus : est-il parti du marché d'animaux sauvages ou a-t-il échappé au laboratoire de Wuhan, comme l'assurent plusieurs chercheurs ?

Dans le même contexte, le célèbre avocat des droits de l'Homme Geoffrey Robertson pointe du doigt la propagande du régime chinois, qui a, selon lui, déformé les faits relatifs à la pandémie de coronavirus. Il demande, de ce fait, aux Nations unies d'ouvrir une enquête sur les origines de ce virus. « La Chine s’expose à une "hostilité internationale" et peut-être à des sanctions économiques si elle refuse d’expliquer ce qu’il s’est passé. Elle a le devoir de dire la vérité à un monde qui a tant souffert », estime-t-il.

Lire aussi : « Création artificielle du Covid-19 » : Le laboratoire de Wuhan rompt le silence