L’ancien international français Samir Nasri s’en est pris une nouvelle fois au sélectionneur Didier Deschamps, l’accusant de favoritisme. Le joueur, d’origine algérienne, a évoqué les cas de Karim Benzema et Hatem Ben Arfa. Des éléments qui, selon lui, ont été écartés de l’équipe de France pour des raisons extra-sportives. L’actuel joueur d’Anderlecht s’est confié, lundi 20 avril, dans un live sur Instagram au journaliste de l’Equipe Bertrand Latour.

Samir Nasri n’a pas été tendre avec l'entraîneur des Bleus, Didier Deschamps. Il explique la présence de certains joueurs en équipe de France par «beaucoup de copinage». « Il y a 200 millions de joueurs pas bons en sélection et qui viennent à chaque fois. Ça dépend de qui est le sélectionneur. Il y a beaucoup de sélectionneurs qui font ce que le journal L’Equipe écrit. Il y a beaucoup de copinage. Les critères changent. Avant, il fallait être bon en club. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas », a-t-il lancé.

Le joueur, formé à l’Olympique de Marseille, n’est pas manqué de s’exprimer sur les cas Karim Benzema et Hatem Ben Arfa, écartés par Didider Deschamps de la sélection.  « Je ne comprends pas pourquoi Benzema n’a pas fait l’Euro 2016, ni la Coupe du monde 2018. Je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas fait la Coupe du monde 2014. Trouve-moi un joueur qui est un content s’il est remplaçant ! Je ne comprends pas pourquoi Hatem Ben Arfa n’a pas été sélectionné pour l’Euro 2016, après sa saison avec Nice», s'étonne-t-il. Selon Nasri, les raisons de la mise à l’écart de ces joueurs ne sont pas liées à leur niveau.

À lire aussi :  Karim Benzema reçoit une offre colossale pour jouer en Arabie Saoudite

Samir Nasri rêve d’entraîner l’Olympique de Marseille

Samir Nasri a aussi critiqué le style de jeu pratiqué par l’équipe de France sous la houlette de Deschamps, malgré la Coupe du Monde remportée en 2018. «En 2018, encore heureux qu’ils l'aient gagnée. Il n’y a que des cracks. Il peut faire trois équipes d’un très, très bon niveau", a-t-il encore lancé. "Mets Guardiola en équipe de France, tu vas voir comment ils vont jouer. On va se régaler. J’ai le droit de ne pas aimer. Je regarde, j’ai des potes qui jouent en sélection. C’était bien, c’était mérité, la Coupe du monde", estime l’ancien joueur de Manchester City.

D'autre part, le joueur de 33 ans a évoqué son ambition une fois sa retraite de football prise. Il révèle qu’il rêve de devenir entraîneur de son club formateur, l’Olympique de Marseille.  « Être coach de l'OM, ça me ferait rêver », a-t-il confié.

Samir Nasri a également réagi à la polémique qui a enflé en Belgique au sujet de sa disparition depuis le début de confinement.  « C'est n'importe quoi. C’est limite un coup de gueule que j’ai envie de faire. Où tu as vu quelqu’un qui disparaît ? Parce que c’est ce que j’ai cru voir ou entendre dire: quelqu’un qui a disparu ou ne donne plus signe de vie. Je parle au chef médical tous les jours. C’est lui qui m’envoie les séances que j’ai à faire, je parle avec Vincent Kompany, » répond, d'un ton sec, le Franco-algérien.

À lire aussi :  CHAN 2023 : L'accès au stade sera gratuit pour la finale et la 3e place

Lire aussi : Karim Benzema provoque de nouveau la polémique en France (vidéo)