Les prix du pétrole repartent à la hausse ce jeudi 23 avril après de nombreuses séances de baisse. C'est notamment le cas pour le Brent de la mer du Nord (référence pour le pétrole algérien). Vers 10h (heure algérienne), il a gagné plus de 9% par rapport à la clôture de mercredi, après être passé sous la barre des 16 dollars, son plus bas niveau depuis juin 1999. A ce propos, le ministre algérien de l'Energie se dit "optimiste" quant à une augmentation prochaine des cours de pétrole.

En effet, le prix du Brent est repassé au-dessus de la barre des 20 dollars. Il a atteint, ce jeudi, 22,27 dollars le baril, soit une hausse de 9,33% par rapport à la clôture de mercredi. Le cours de WTI américain pour livraison en juin a également connu une hausse de 13,79%. Il valait 15,68 dollars le baril, après être passé, lundi, pour la première fois de son histoire, en dessous de zéro dollar.

D'après des spécialistes, cette hausse est la conséquence des nouvelles tensions au Moyen-Orient provoquées par Donald Trump. Le Président américain avait affirmé, mercredi sur Twitter, "avoir donné l'ordre à l'US Navy d'abattre et de détruire toute embarcation iranienne qui harcèlerait nos navires en mer". Les investisseurs analysent ce tweet "comme une menace sur la production et les exportations" de cette région du globe, riche en pétrole, confirme Bjornar Tonhaugen, de Rystad Energy. Tout regain de tension au Golfe a un impact haussier sur les cours de l'or noir.

Le gouvernement algérien optimiste quant à une hausse des prix

Malgré cette hausse enregistrée, les cours de l'or noir n'en demeurent pas moins à leurs niveaux les plus bas depuis des années, sous l'effet d'un effondrement de la demande provoqué par le plongeon de l'activité économique dû aux restrictions décidées sur toute la planète pour combattre la pandémie de Covid-19.

Pour l’Algérie, la chute vertigineuse des prix du pétrole a eu un grand effet sur l’économie algérienne. Tirant l’essentiel de ses revenus (98%) de l’exportation des hydrocarbures, le pays fait face actuellement à une crise économique sans précédant. Néanmoins, le gouvernement algérien reste optimiste.

En effet, le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab, a déclaré, mercredi, que les prix du pétrole devraient augmenter progressivement.  "Nous sommes optimistes pour les prix du pétrole au regard des rapports d'experts qui prévoient une augmentation progressive au deuxième semestre de 2020 parallèlement à la levée des mesures de confinement", a déclaré M. Arkab à la presse. Selon ce dernier, la demande reprendra, notamment à la faveur de la reprise des activités des entreprises économiques, en particulier les compagnies de transport aérien et terrestre.