Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, s'est de nouveau exprimé, mercredi 22 avril, au sujet du déconfinement en Algérie. Dans une déclaration à l'APS, il a laissé entendre que la wilaya de Blida pourrait bénéficier de l’allègement du confinement, tout en insistant sur le fait que la question de la levée de cette mesure sanitaire « évoluera en fonction de la situation ».

Ainsi, M. Benbouzid a fait savoir qu'il était encore tôt pour parler du déconfinement en Algérie. Pour lui, « il n’est pas question de déconfiner pour le moment, d’autant que le Ramadan est un mois de rencontres, de sorties, etc. Cela risque d’affecter tout le travail fait jusqu’à présent (et) ayant permis de stabiliser la situation », a-t-il déclaré à l’agence officielle.

Cependant, le responsable n'écarte pas la possibilité d'amorcer « un déconfinement progressif » si, toutefois, la situation se stabilise et d'autres foyers de l'épidémie n'apparaissent pas. Cela permettrait « à l'économie de reprendre son souffle, à la population d'être moins peinée, moins gênée », estime-t-il.

Vers un confinement partiel à Blida

Par ailleurs, le ministre de la Santé a souligné que la situation sera plus claire d'ici le 29 avril prochain en Algérie. Mais selon lui, « le déconfinement touchera plus la wilaya de Blida que les autres wilayas qui sont toutes en confinement partiel ». Il explique que « le déconfinement pourrait être partiel dans cette wilaya, comme à Alger, car elle présente presque le même nombre de sujets atteints », soutient M. Benbouzid.

À lire aussi :  Obligation de quitter le territoire français : Ce qu'il faut savoir

Toutefois, il estime que les Algériens doivent garder à l'esprit qu'ils ne vont pas reprendre la vie normale de sitôt. « Ce serait une malheureuse situation que de déconfiner et de reprendre la vie comme avant, avec mariages, regroupements familiaux, ouverture des salles de spectacles... », a-t-il averti.

Les Algériens devront continuer à respecter les mesures pendant des « mois ou plus »

Pour le Pr Abderrahmane Benbouzid, la prudence doit être de mise. Il précise que les autorités ne prendront aucun risque pouvant aggravant la situation épidémique. À ce propos, il indique que le déconfinement s'appliquera « de façon progressive permettant à la population de se déplacer. Mais les mesures annoncées (port de masques, distanciation sociale...) demeureront peut-être des mois ou plus. Nous ne pourrons être assurés de la fin que lorsque, durablement, il n'y aura plus de cas», a-t-il précisé. Et d'ajouter que l'Algérie profitera de l'expérience des autres pays qui ont opté avec succès pour ces mesures.

Rappelons que le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), Dr Fawzi Derrar, avait également indiqué que l'Algérie pourrait envisager un plan de déconfinement progressif, à commencer «par les wilayas qui ont enregistré moins de contaminations ».